logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :

Réalisation :Réalisation : Eric Guirado ; Scénario : Eric Guirado et Florence Vignon ; Images : Laurent Brunet ; Son : Nicolas Favre ; Musique : Christophe Boutin ; Production : Milena Poylo et Gilles Sacuto ; Distribution  : Les films du Losange.

Le Fils de l'Epicier

France, 2007, 96min.

Réalisation : Eric Guirado

Biographie :

Né en 1968, Eric Guirado a fait ses débuts dans le journalisme (FR3), puis a produit des courts métrages très remarqués. On lui doit : « Quand tu descendras du ciel », « Un petit air de fête », « Les beaux jours ».

Résumé :

Antoine enchaîne les petits boulots et la galère. Son père qui tient un petit commerce d’épicerie rurale, mi-sédentaire, mi-ambulant, est frappé d’un accident cardiaque qui le conduit à interrompre son activité. Antoine, contraint et forcé, prend le relais, pour un temps, pense-t-il. Au contact des modestes habitants de la Drôme et des réalités du petit commerce, il va se trouver transformé.

Analyse : Guirado touche du doigt le drame de la désertification des campagnes. Mais il l’accompagne de quelques « condiments » parfois un peu « mélo » qui affadissent le sujet principal. Mais sans doute ne se prend-il pas pour Michael Moore. Son objectif ce sont ces braves vieilles gens de la Drôme, amateurs pour la plupart et que l’on imagine fraîchement sortis du culte dominical à Bourdeaux ou à Dieulefit ! Ces clients là, à des années lumière de ceux des grandes surfaces : des « marginaux du deuxième type », Antoine apprendra à ses dépens qu’ici le client dicte sa loi, fût-elle quelque peu farfelue… et « un sou est un sou »… Et la « causette » n’a pas de prix ! Parmi ces êtres, Paul Crochet campe un vieillard solitaire plus vrai que nature : Le héros de « Retour à Malaveil » a encore des ressources ! Et puis, il y a Claire, collaboratrice de circonstance d’Antoine, qui connaîtra un passage à vide sentimental et « culturel », mais qui finira, « happy end » oblige, par retrouver le jeune homme définitivement converti au petit commerce…On serait presque tenté de dire que tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes…meilleurs, c’est à voir, et…pour combien de temps ? Et comment ne pas savourer cette beauté de la Drôme profonde, « caressée » par Guirado, quelle que soit la saison ?

Jacques Agulhon

Autres articles sur ce film

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact