logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :

Réalisation : et scénario : Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud d’après le roman Poulet aux prunes de Marjane Satrapi – Photo : Christophe Beaucarne – Montage : Stéphane Roche – Musique : Olivier Bernet – Son : Gilles Laurent – Production et Distribution : Celluloïd DreamsAvec :

Mathieu Amalric – Edouard Baer – Marie De Modeiros – Eric Caravaca – Golshifteh Farahani – Chiara Mastroiani – Isabella Rossellini – Jamel Debbouze

Poulet aux prunes

France, Belgique, Allemagne, 2011, 93min.

Réalisation : Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud

Biographie :

Marjane Satrapi est née en Iran en 1969 et a grandi à Téhéran. Elle a ensuite étudié à Vienne avant de s’installer en France en 1994. D’abord auteur de bandes dessinées elle a raconté dans Persépolis sa vie en Iran avant la chute du shah et la guerre Iran-Irak, puis son exil en Autriche.

Vincent Paronnaud est né en France en 1970. Il est un des plus importants dessinateurs de b.d. underground. Avec Cizo il a inventé le personnage de Monsieur Ferraille. Avec Marjane Satrapi il a réalisé en 2007 l’adaptation de la b.d. Persépolis en film d’animation.Résumé :

Téhéran 1958. Nasser Ali Khan, célèbre violoniste virtuose, a cassé son instrument de prédilection. Ne réussissant pas à retrouver un autre instrument à la hauteur, la vie sans musique lui devient intolérable. Il décide de rester alité et d’attendre la mort en laissant libre cours à ses souvenirs et ses réflexions qui vont de sa jeunesse à l’avenir de ses enfants. Au cours de cette semaine qui le sépare de la mort, on comprendra peu à peu son secret.Analyse :

Ce film plein d’humour est très original dans sa forme, avec de nombreux clins d’œil à la b.d. mais aussi à l’esthétique de l’orient perse. Le récit se présente comme un conte, mais s’adresse à des adultes. Cette histoire de violon cassé, c’est aussi l’histoire d’un amour de jeunesse contrarié, mais dont la « contrariété » a été la source du talent d’Ali. Tout ceci n’est pas exempt de cruauté avec l’évocation de mariages de raison, arrangés par les familles, et voués à l’échec. La présentation sous forme de huit chapitres (les huit jours qui séparent Ali de sa mort) permet de donner à chaque jour une thématique et un style propre et de rendre possibles des flash-back sans lourdeur, dans lesquels dominent tantôt l’humour, tantôt la mélancolie et la douleur. Après « Persépolis » où dominaient le noir et blanc, les réalisateurs de « Poulet aux prunes » s’autorisent la couleur qui joue avec les sentiments des personnages. Dans cette œuvre où règne la fantaisie peut-on voir une métaphore de l’Iran (l’aimée s’appelle Iran), brisé comme le violon ? Cet amour contrarié est-il celui qu’éprouvent les iraniens (exilés) pour leur pays natal ?

Maguy Chailley

Autres articles sur ce film

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact