logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
- Scénario : Jolein Laarman – Photographie : Melle van Essen – Montage : Gys Zevenbergen – Musique : Alex Simu – Son : Mark Glynne – Distribution : Arizona Distribution

Avec :
Rifka Lodeisen (Roos) – Elsie de Brauw« (Louise) – Marcus Hanssen (Bengt) – Jakob Oftebro (Johnny)

Sonate pour Roos (Verdwijnen)

Pays-Bas, Norvège, 2017, 92min.

Prix du jury INTERFILM Lübeck 2017

Réalisation : Boudewijn Koole

Biographie :

Boudewijn Koole est né en 1965 à Leyde aux Pays-Bas. Après des études universitaires de design, il se consacre à la réalisation de films documentaires. Son premier long métrage de fiction,« Little bird, sorti en 2012, remporte le Prix du meilleur premier film à la Berlinale et il est présenté à l’Oscar du meilleur film étranger. En 2016, il réalise Beyond Sleep, à ce jour, non distribué en France. Sonate pour Roos a été présenté au Festival de Toronto et au Festival de cinéma européen des Arcs.

Résumé :

Roos, une photographe, rejoint la Norvège pour passer quelques jours avec sa mère, Louise, une célèbre pianiste, et son jeune demi-frère, Bengt. Les relations entre les deux femmes sont particulièrement froides, empêchant toute communication, alors que Roos est revenue pour annoncer la maladie qui la ronge. Heureusement, il y a Bengt et ses installations acrobatiques pour enregistrer les sons dans la neige et les grottes glacées. Avec lui, Roos connaît de joyeux et affectueux moments. Y trouvera-t-elle la force de briser l’indifférence de sa mère ?

Analyse :

Malgré un sujet et le titre français (le titre original est ‘’disappearance") qui font écho au Sonate d’automne de Bergman, le film de Boudewijn Koole s’avère tout à fait singulier. Alors que chez Bergman les tensions mère/fille se jouent dans le huis clos d’un affrontement verbal, Koole les inscrit dans un autre cadre, celui d’immenses étendues enneigées, et dans une configuration familiale différente avec la présence de Bengt au milieu des deux femmes. Autant Roos est tenue à distance par une mère glaciale, autant elle expérimente une proximité physique, quasi fusionnelle, avec son frère au cours de jeux dans la neige ou de séances au sauna. Et de même que Bengt capte les bruits de la nature, mais aussi des bribes de conversation, des respirations et battements de cœur, la jeune femme va se mettre à l’écoute de ses propres sensations et sentiments. Les photos qu’elle fait« de son environnement et de son propre corps en sont l’objectivation. Ces photos, le mouvement du film les intègre, comme il intègre les bandes son de Bengt et les interprétations musicales de la mère. Le vécu sensoriel des personnages constitue la matière même de Sonate pour Roos.

Avec une remarquable fluidité, le film de Koole alterne les plans largement ouverts sur la nature environnante et les plans au plus près des corps et des visages, notamment ceux de Roos. Il dessine ainsi un espace où les traces, les bruits qui se perdent dans la neige font écho aux pulsations enfouies sous la surface des corps. C’est dans ce croisement du dehors et de l’intime que Sonate pour Roos rend sensible le magnifique portrait d’une femme en quête d’une réconciliation avec sa mère et avec elle-même.

Yves Ballanger

Autres articles sur ce film

  • Exil et écriture (N. Diament)
  • Les Arcs, 9ème (N. Diament)
  • Prix du jury Interfilm Lübeck 2017 (. Jury)

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact