logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
 - Musique : Olivia Merilahti - Photographie : Romain Carcanade - Montage : Tina Baz - Distribution France : EuropaCorp.

Avec :
Mathieu Kassovitz (Steve), Olivia Merilahti (Marion), Souleymane M’Baye (Tarek M’Bareck), Billie Blain (Aurore).

Sparring

France, 2018, 94min.

Réalisation et scénario : Samuel Jouy

Biographie :

Né en 1975 dans l’Eure, Samuel Jouy est avant tout un acteur de cinéma et de séries. On l’a vu notamment dans Un homme debout et dans la série Ainsi soient-ils. En tant que réalisateur, on lui doit un court métrage : Mortels, en 2000.

Résumé :

Steve Landry est un boxeur professionnel qui a perdu plus de combats qu’il n’en a gagnés. Avant son dernier combat, il accepte la difficile tâche de sparring partner d’un champion.

Analyse :

Les films sur la boxe ne manquent pas depuis Gentleman Jim en 1942 jusqu’à Raging Bull ou les nombreux Rocky. Le premier long métrage de Samuel Jouy est loin des clichés véhiculés par ses prédécesseurs. Steve n’est pas un champion : avec 13 victoires sur 49 matchs, il n’est qu’un modeste ouvrier de la boxe. Mais il aime son métier et le fait avec beaucoup de cœur mais surtout pour faire vivre sa famille et pour que celle-ci, en particulier sa fille, lui garde son respect. Ce sont pour ces raisons qu’il va accepter de devenir le sparring partner d’un champion, c'est-à-dire un punching ball vivant, prêt à recevoir tous les coups. Les scènes de combat sont présentes mais sans tomber dans le voyeurisme souvent trop fréquent dans le cinéma sur la boxe. Le film doit beaucoup à la performance de Mathieu Kassovitz. Il est d’une sobriété absolue qui apporte une part d’humanité inattendue à cet homme abîmé mais résistant et que sa dignité et son courage rendent définitivement attachant. La jeune comédienne qui lui donne la réplique éclaire le film d’une intensité vraie et l’on ne doute pas un seul instant de l’authenticité du couple qu’ils forment. Aurore, la petite fille du couple joue elle aussi son rôle. Est elle douée pour le piano comme le croit son père ou est-ce simplement lui qui voit en elle sa revanche sur la vie, elle qui aurait le ‘truc’ qui lui a manqué ? Soulignons que le réalisateur a pris un vrai boxeur, Souleymane M’Baye, pour qu’il se glisse dans la peau du champion. Tout cela rend très attachant ce film sur une famille somme toute ordinaire.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 27 février 2018 (J. Lods, F. Lods, J. Zucker et J. Wilkowski)

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact