logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
 - Image, Virginie Saint-Martin - Montage, Alice Plantin - Distribution France : UGC Distribution.

Avec :
Audrey Lamy (Fanny Frobert), Charlie Langendries (Arthur Frobert), Florent Peyre (Stephane Frobert, le papa), Michele Moretti (Mme Ricard), Joey Starr (l'instructeur de colo), Igor Van Dessel (Maxime), Martin Gillis (Hugo), Louis Durant (Raphael), Alice Verset (Juliette), Elsa Houben (Manon l'instite)

Ma reum (*Ma mère)

France, 2018, 85min.

Réalisation et scénario : Frédéric Quiring

Biographie :

Frédéric Quiring, acteur puis réalisateur (épisode 1 de la série franco-portugaise Odysseus, 2013). Son précédent film, Sales gosses(une colonie de vacances du troisième âge) jouait déjà sur le brouillage des âges.

Résumé :

Fanny s'aperçoit que son fils Arthur est brimé à l'école par d'autres élèves. Après des tentatives civilisées de traiter le problème, elle entreprend de s'en prendre directement aux coupables.

Analyse :

Le harcèlement scolaire est un réel problème, cause de graves souffrances et difficile à combattre. Qu'il s'agisse du côté victime ou du côté agresseurs, les pièges à adultes sont nombreux et parfois mal lisibles : surprotection d'un enfant aimé, tentation d'aveuglement confortable, difficulté de parler à l'enfant et de savoir le faire, avec quels mots, sur quel ton ; comment agir, où mettre le doigt sans aviver la plaie... Institution scolaire, associations de parents d'élèves, et spécialistes plus ou moins capables se mobilisent pour aider les personnes concernées à décrypter et affronter les faits, et à réagir de façon constructive.

On peut donc se féliciter que ce sujet soit abordé dans un film qui vise à toucher une large audience par une approche décrispée, privilégiant l'humour plutôt que la dramatisation ; d'autant que les différentes facettes que peut revêtir la situation, comme on vient de le voir, sont mises en lumière. Mais il est dommage que cela tourne ici à la farce bête et souvent grossière. Le personnage de la mère est à tel point irréfléchi qu'elle perd toute consistance dans sa poursuite puérile de la loi du talion. Ses grimaces et ses subterfuges ridicules (les visites à la voisine Ricard, le deal avec Juliette), les fréquents gags scatologiques, les épais intermèdes sentimentaux avec musique idoine, définition du mélodrame... est-ce par ce ping-pong de méchancetés et ce cocktail de médiocrité que l'on croit parvenir à cibler la clientèle jeune ?Une occasion manquée de mettre sur la table avec crédibilité un sujet de société d'une grande pertinence.

Jacques Vercueil

Autres articles sur ce film

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact