logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
scénario : Hiner Saleem et Véronique Wüthrich ; photographie : Andreas Sinanos ; production : Marc Bordure, Robert Guédiguian, Agat Films & Cie ; distribution France : Memento films Distribution

 

Avec :
 Mehmet Kurtulus, Ezgi Mola, Ahmet Uz

 

Qui a tué Lady Winsley

France, Turquie, Belgique, 2018, 96min.

Réalisation : Hiner Saleem

Biographie :

Hiner Saleem, né en 1965 dans le Kurdistan irakien, est un réalisateur, scénariste, producteur français d’origine kurde, qui a fui le régime de Saddam Hussein à 17 ans et s’est réfugié en Europe (d’abord en Italie puis en France). De retour en Irak pendant la première Guerre du Golfe il réalise une vidéo sur les Kurdes irakiens, projetée en 1992 au Festival de Venise. Il est l’auteur d’une douzaine de films dont Kilomètre zéro présenté en sélection officielle au Festival de Cannes en 2005, Les toits de Paris avec Michel Piccoli, My Sweet Pepper Land présenté au Festival de Cannes en 2013. 

Résumé :

Lady Winsley, une romancière américaine, est assassinée sur une petite île turque. Le célèbre inspecteur Fergan arrive d’Istanbul pour mener l’enquête. Très vite, il doit faire face à des secrets bien gardés dans ce petit coin de pays où les tabous sont nombreux, les liens familiaux étroits, les traditions ancestrales et la diversité ethnique plus large que les esprits.

Analyse :

Ne vous attendez pas, de la part de Hiner Saleem, à un film classé dans une catégorie bien déterminée, en l’occurrence le thriller. Ce réalisateur adore mélanger les genres, et on ne saurait le lui reprocher car il le fait brillamment. Certes c’est une enquête criminelle façon Agatha Christie, avec une reconstitution minutieuse de l’atmosphère surannée de mystère qui ne se dévoile qu’à la fin de l’enquête. Mais ce n’est pas que cela. Il mélange, avec talent et bonne humeur, l’enquête policière avec une comédie, que ce soit le comique de situation, de quiproquo, d’élocution ou de burlesque, et avec une romance pleine de charme. Il aborde également des sujets particulièrement graves, dans une critique sociale et politique, légère mais efficace, de la société turque archaïque de cette petite île de la Méditerranée. L’on y retrouve tous les travers de beaucoup de sociétés fermées des îles de ce coin du monde, la solidarité des habitants qui pratiquent l’omerta face au policier venu du continent, car ils sont tous cousins, le machisme à fleur de peau d’une société qui stigmatise l’adultère des femmes tout en acceptant celui des hommes, l’intolérance, la discrimination qui vire à la haine de l’étranger, en l’occurrence des Kurdes qui sont considérés comme tels en Turquie ; mais il met l’accent également sur le courage des femmes qui palie la couardise des hommes auxquels seuls la parole, le paraître et la menace tiennent lieu de bravoure.

Qu’allait donc faire, en plein hiver, dans cette île perdue, Lady Winsley, romancière de son état, que les habitants s’obstinent à appeler Miss Nestlé ou Miss Presley, incapables qu’ils sont de retenir un patronyme étranger à leur langue ? Le découvrir est la tâche de l’inspecteur Fergan, incarné par Mehmet Kurtulus, séduisant en diable, mélange de Gregory Peck et d’Humphrey Bogart, qui au fil de son enquête apprendra qu’un meurtre peut en cacher un autre.

Ce film est réjouissant, plein de fantaisie et d’humour, chaleureux et triste. Le happy-end de la fin ajoute une touche de charme et d’émotion.

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film

  • Emission Ciné qua non du 16 janvier 2019 (C. Bonnet, H. Lassale et D. Nové-Josserand)
  • Emission Champ Contrechamp du 25 décembre 2018 (J. Lods, F. Lods, J. Zucker et J. Champeaux)
  • Trentième automne (J. Vercueil)
  • Qui a tué Lady Winsley? (D. Nové-Josserand)
  • Qui a tué Lady Winsley ? (J. Vercueil)
  • Vu(es) de La Lettre de Pro-Fil (A. Welty-Domon)

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact