logo

Cette rubrique vous est présentée par Pro-Fil et la Fédération Protestante de France

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
 - Scénario : Nick Vallelonga, Bryan Hayes Currie, Peter Farelly - Direction photo : Sean Porter - Musique: Kristopher Bowers - Montage : Patrick J. Don Vito - Montage son : Martin Lopez - Production : Participant Media, Dreamworks Pictures, Amblin Partners - Distribution : Metropolitan film Export

 

Avec :
Viggo Mortensen (Frank Antony Vallelonga/Tony Lip), Mahershala Ali (Donald Walbridge Shirley), Linda Cardellini (Dolores Lip)

 

Green Book : sur les routes du Sud

Etats-Unis d'Amérique, 2019, 130min.

Meilleur scénario, Golden Globes, 2019

Meilleur second rôle pour Mahershala Ali, Golden Globes, 2019

Réalisation : Peter Farrelly

Biographie :

Avec son frère Bobby il a réalisé depuis 1990 une dizaine de comédies mélodramatiques et marginales, mais ce film lui appartient en propre qui est inspiré de faits réels et né de la piété filiale de Nick Villalonga, fils aîné de Tony Lip. 

Résumé :

En 1962, en pleine ségrégation raciale, Tony Lip un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur The Negro Motorist Green Book origine du titre - pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur.

Analyse :

Road-movie impeccablement conduit, le film raconte l’histoire d’une amitié improbable entre deux personnes radicalement différentes, un prolétaire immigré d’origine italienne et un membre de l’élite afro-américaine. Bien loin d’un discours moralisateur, ce pamphlet antiraciste étincelant donne à voir aux sudistes un monde inversé où c’est le blanc, qui est en situation apparente d’infériorité au service d’un noir, artiste raffiné qui leur semble un parvenu. Au cours des étapes picaresques tragi-comiques mais grinçantes qui ponctuent le chemin de croix de ce nouveau chevalier à la triste figure assorti de son Sancho Pança, c’est une véritable amitié qui se construit et s’approfondit tandis que les contrastes de leurs comportement s’adoucissent: Tony la tchatche, pétri de préjugés racistes et « brut de décoffrage », et Don Shirley, intellectuel cultivé un tantinet méprisant, s’humanisent au contact l’un de l’autre et le réalisateur déploie avec subtilité l’avènement de leur complicité au fil des épreuves. Si les personnages masculins sont omniprésents, les attendrissantes relations conjugales de Tony et de sa femme Dolorès imprègnent en filigrane les 4 mois de séparation du couple et contribuent au sentiment de bonheur et d’émotion que procure le film. Celui-ci est porté aussi par le rythme que l’auteur impulse à un film qui fait alterner de façon fluide, sans insistance et sans temps morts, les scènes opposant dans l’auto Tony et Don Shirley et les événements scandaleux mais ridicules qui les soudent sur leur parcours. Cette mise en scène culmine avec le contraste entre l’ultime clash de la tournée officielle et la jubilation d’une fraternisation noire sublimée par la musique. 

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film

  • Emission Ciné qua non du 20 février 2019 (C. Bonnet, H. Lassale, A. Lafont, G. Dubois et D. Nové-Josserand)
  • Emission Champ contrechamp du 26 février 2019 (J. Zucker, J. Champeaux, J. Wilkowski et M. Campana)

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact