logo   

Retour vers l'accueil

61° Festival International de Mannheim-Heidelberg

Novembre 2012

Leben ! aber wie ?

Vivre ! mais comment ?


LES THEMES

   Le thème choisi « Vivre !...mais comment ? » permettait d’évoquer tous les aspects de la vie.  Mais comme d’habitude, certains thèmes ont particulièrement intéressé les réalisateurs : la disparition  inéluctable d’un monde ancien, et surtout l’évolution des rapports entre les hommes et les femmes.
Les films n’étant pas encore projetés en France, je propose une traduction littérale des titres. Cette traduction devra naurellement être modifiée quand les films auront un titre français « officiel ».

La disparition d’un monde 

 Certains films mettent en lumière l’évolution de nos sociétés et de nos cultures.
Le vieil Indien  Payaguala (« Des temps moins modernes»), modeste éleveur de bétail dans les montagnes andines, voit déferler dans sa cabane le monde moderne : panneau solaire, téléphone, télévision… Après une période de fascination il abandonne peu à peu ces objets qui lui sont inutiles. Mais pourra-t-il lutter encore longtemps ?
Deux films chinois rendent hommage à la culture traditionnelle de Mongolie intérieure. L’art ancestral du Thang Ka (« Thang Ka »), forme de peinture religieuse  très colorée, enseignée dans des écoles fermées selon des méthodes immuables, est menacé par l’arrivée de l’art occidental. « Hajab’s Gift » ( hors compétiton ) raconte la vie de Hajab, un des derniers interprètes  du chant des Urtiin Duu, qui utilise de manière virtuose l’alternance de voix de tête et de voix de gorge. L’objectif des réalisateurs de ces deux films est manifestement de  laisser une trace de cette culture en voie de disparition.

Autre disparition : celle des utopies des années 1970.
Le couple de « Maintenant cueilleur. Un film sur l’amour et les champignons»  a toujours vécu en marge de la société, vivant de petits boulots et de cueillette des champignons. Mais Regina commence à se lasser de cette vie, rêve de sécurité et d’assurance maladie…
Quant au père de Venice (« Being Venice »), ancien poète hippie, il refait surface après des années et semble n’avoir pas évolué. Une image ridicule et pitoyable de soixante-huitard  vieillissant.

La femme 

  Indéniablement, c’est le thème essentiel de ce festival, même dans les films réalisés par des hommes: les femmes, leurs difficultés, mais surtout leur courage, leur détermination, leur capacité à se saisir de toutes les opportunités offertes par la vie, leurs réussites, leurs échecs.

Zakia (« Mains rugueuses »), une jeune institutrice marocaine,     confrontée aux exigences de son fiancé qui veut qu’elle le rejoigne en Espagne, aux difficultés administratives pour obtenir un visa, à la corruption généralisée, finit par décider de rester au pays et de poser ses propres exigences. Et elle réussit à obtenir ce qu’elle désire.

 Réussite également pour Sara (« Le sac de farine »). Abandonnée en Belgique dans un orphelinat tenu par des sœurs catholiques bienveillantes, elle est enlevée par son père, droguée - et se réveille au Maroc. Recueillie par une tante aimante, elle doit tout réapprendre, un nouveau mode de vie, une langue…et trouvera le moyen de se développer, de retrouver sa dignité.

Tout n’est pas facile non plus pour Jamila (« Boucherie Hallal ») : avec son mari Hedi, médecin iranien, elle a essayé de reconstruire au Canada une nouvelle vie. Les diplômes iraniens n’étant pas reconnus, ils ont ouvert une boucherie. Mais l’arrivée du père de Hedi, musulman radical, bouscule tous leurs projets : Jamila est stérile, Hedi est contraint de la répudier. Il l’aime, mais ne trouve pas en lui la force suffisante pour  s’opposer à son père. Elle devra trouver toute seule son chemin en terre étrangère.

« La Niña »  se situe dans un tout autre contexte : Ashley, une jeune  américaine, se bat pour récupérer son fils confié à une famille d’accueil. Seule, sans argent, elle organise un trafic de clandestins entre le Mexique et les USA. Mais son inexpérience provoque une catastrophe  au passage de la frontière. Elle va découvrir le sens des responsabilités en s’occupant de la petite Rosa, et prendre un nouveau départ.

Pour Sahar, (« Le dernier souffle »), jeune et talentueuse réalisatrice iranienne, il n’est pas question de départ. Elle est parfaitement reconnue dans son travail, et heureuse en ménage. C’est la découverte brutale de l’injustice qui  l’amène à se révolter: la mère d’une de ses actrices va être pendue pour un crime qu’elle n’a pas commis. Sahar se lance alors dans un combat désespéré pour la sauver. Face à elle, c’est l’incompréhension : « On ne peut pas lutter contre toutes les injustices du monde, il y a des dizaines de cas semblables, et tu ne la connais même pas… ». Pendant qu’elle met toute son énergie en œuvre pour sauver cette femme, son mari et leurs amis  se  passionnent pour les matchs de football à la télévision. Le personnage de Sahar nous interroge : peut-on se battre seul contre l’inacceptable ? l’engagement peut-il avoir une limite ?

Irmina (« Ehonté ») est une jeune gitane qui vit en Pologne. Elle rêve d’étudier la médecine, mais rencontre de très nombreux obstacles : son père a décidé de la marier à un gitan, sa  mère est incapable de l’aider à lutter, son ami Tadek est inconsistant, et de stupides nazillons polonais finissent de détruire ses projets. Elle devra épouser celui que son père lui destine.

Gillian  (« Les champs de fraises») doit assumer seule sa propre vie et celle de sa soeur Emily, atteinte de graves troubles neveux.
Pourquoi Edyta (« Dans une salle de bains »)  vit-elle dans la rue ? Cette belle femme élégante, soignée, cultivée, couche dans sa voiture et semble tomber dans la marginalité. Pourtant on sent bien qu’elle n’appartient pas au monde des exclus. Peu à peu se dessine un admirable portrait de femme en crise, qui ne sait pas elle-même ce qu’elle cherche ni ce qu’elle fuit. Au gré des rencontres, elle finit par se reconstruire.

D’autres films de la sélection ont pour personnage principal une jeune femme qui découvre la vie.
« Being Venice » : Venice ne réussit ni dans ses amours, ni dans son travail d’écrivain, ni dans ses relations avec son père.
« A l’essai» : dans la Chine d’aujourd’hui, l’héroïne essaie sans cesse de construire sa vie.
« La cité silencieuse » : une jeune néerlandaise se rend au Japon pour y apprendre l’art de découper les filets de poisson auprès de Maître Kon. La relation de maître à élève se joue dans une exigence stricte, mais  respectueuse. Un film très original (qui a déjà vu un film sur les relations entre l’homme et le poisson ?), qui s’affranchit parfois de la réalité pour atteindre  le surréalisme.

Et les hommes ?

Il faut bien reconnaître qu’ils n’ont pas le beau rôle dans les films de cette sélection.

Beaucoup d’entre eux ont fui leurs responsabilités de pères : Venice, Sara, Ashley, Rosa …ont grandi sans père. Quelquefois ils font subitement leur réapparition, mais leur retour n’apporte que le désordre. Le père de Sara (« Le sac de farine ») l’abandonne, l’enlève, la drogue,  l’abandonne une nouvelle fois au Maroc, et ne donne plus signe de vie. Dans la famille de Miriam (« Bonne chance et prenez  soin les uns des autres »), pendant que la mère  essaie de comprendre ce qui se  passe chez sa fille adolescente, le père se réfugie dans des postures de yoga pour retrouver son équilibre intérieur, totalement étranger au drame qui se noue sous ses yeux.
D’autres pères, très présents ceux-là, se comportent en véritables tyrans et empêchent leurs enfants de s’épanouir : Hedi doit répudier sa femme, Irmina renoncer à la médecine.

Les jeunes hommes ne sont pas des personnages beaucoup plus positifs : Tadek («Ehonté ») s’agite beaucoup, se plie à toutes les nouvelles tendances politiques, change de femme sans état d’âme, et ne sert pas à grand-chose. Il n’aide ni sa sœur ni la jeune gitane qu’il semble pourtant aimer.

Ce festival nous a quand même offert deux magnifiques personnages masculins.

Alvar (« Bonne chance… »), un homme âgé et malade, vit dans le souvenir de sa femme en  construisant un univers de figurines pleines de rêves nostalgiques. Il a assez de tendresse en lui pour y accueillir la jeune Miriam. Une  rencontre faite de fantaisie, de délicatesse, de poésie.
Dans sa quête de soi-même, Edyta («Dans une salle de bains ») trouve également celui qui l’aidera à retrouver son chemin. Patryck, un photographe prévenant et authentiquement humain, l’aide sans rien exiger d’elle, avec finesse et intelligence.
Il est vrai que ces deux personnages ne sauraient représenter la virilité triomphante : l’un est un vieillard un peu naïf qui vit dans le rêve, et l’autre est homosexuel.

Une  découverte : le cinéma estonien

Qui connaît le cinéma estonien en France ?
Des jurés expérimentés m’avaient prévenue : avec les Estoniens, on peut s’attendre à tout. Et je n’ai pas été déçue !

La cueillette des champignons » est certainement le film le plus « déjanté » du festival. Aadu, un personnage politique important, part avec sa femme Viivi dans la forêt pour ramasser des champignons. Cette situation banale se transforme peu à peu en une aventure burlesque  totalement imprévisible. Aadu  se montre ridicule, stupide parfois (on apprend qu’il est manipulé par ses propres conseillers), et capable des pires exactions  quand il se sent en difficulté. A la fin, sa faculté de retourner la situation à son avantage a de quoi laisser pantois le plus retors des hommes d’état. Un film drôle, sarcastique, où la dérision et l’humour noir sont au service d’une vision  pertinente et acérée de notre  société.

Conclusion

Une semaine très riche, pleine de découvertes, d’émotions et  de rencontres.
Reste une question que se posent tous les membres des jurys : tous ces beaux  films trouveront-ils un jour  le chemin des écrans ? Tant de films vus dans les festivals disparaissent chaque année !

Paulette Queyroy

 

LES  FILMS

La sélection officielle proposait cette année 19 films venus du monde entier.
Tous les jurys ont apprécié le niveau de cette sélection : des films de qualité, parfois très originaux.
    Les films n’étant pas encore sortis en France, je propose une traduction provisoire des titres étrangers. Cette traduction devra naturellement être remplacée par la traduction officielle quand ils paraîtront sur nos écrans.

Ayadin Khachina / Rough hands / Mains rugueuses
Mohamed Asli  - Maroc

Being  Venice / Etre Venice
   Miro Bilbrough – Australie ?

Bez Wstydu  /  Shameless  /  Ehonté
Filip Marczewski - Pologne

Boucherie Halal
Babek  Aliassa – Canada

Gel Ni Dian Er Yan Se Guan  /  Just try me  /  A l’essai   
Xiaotong Zhao – Chine (Mongolie intérieure)
La Niña /  La gamine
David Ricker  - USA – GB – Mexique

Le sac de farine
Kadija Leclère -  Belgique / Maroc

Lycka Till Och ta Hand om Varandra /
Good Luck, and Take Care of Each Other
Bonne chance, et prenez soin les uns des autres
Jens Sjögren – Suède
Now, Forager. A film about Love and Fungi
Maintenant cueilleur. Un film sur l’amour et les champignons
Jason Cortlund et Julia Halperin – USA / Pologne

Rustom ki Dastaan / Ballad of Rustom  /  Ballade de Rustom
Ajita Suchitra Veera – Inde

Sa Gràscia / La Grâce
Bonifacio Angus – Italie (Sardaigne)

Seenelkälk / Mushrooming / La cueillette des champignons
Toomas Hussar  -  Estonie

Silent City /  La cité silencieuse
Threes Anna – Pays-Bas / Luxembourg / Belgique

Soote Payan / Final Whistle / Le dernier souffle
Niki Karimi – Iran

Strawberries Fields / Les champs de fraises
Frances Lea – Grande-Bretagne

Thang Ka
Ha Si Chao Lu – Chine (Mongolie intérieure)

Tiempos Menos Modernos / Not so Modern Times
Des temps moins modernes  
Simon Franco  - Argentine / Chili

W Sypialni / In a bedroom / Dans une salle de bains
Tomasz Wasilewski – Pologne

When Yesterday comes / Quand vient le passé
4 courts métrages – Taïwan

Jury oecuménique

Pour les prix du jury oecuménique, ainsi que sa composition, cliquez ici

 

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bt. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr