logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS


TABLE DES MATIERES

  1. Une journée de formation au débat filmique dans les groupes IdF Liste des courts métrages
  2. Programme et horaire de la journée
  3. Introduction générale et organisation du travail des groupes
  4. Consultation des participants (post its) et résultats de la consultation
  5. Synthèse du travail des groupes (séance plénière)
  6. Questionnaire d’évaluation de la journée
  7. Résultats de l’évaluation
  8. Expériences personnelles : « Ma façon de procéder ...»
  9. ...par Jacques Champeaux
  10. ...par Jean-Michel Zucker
  11. ...par Dorcy Erlandson
  12. ...par Jean Lods
  13. ...par Françoise Lods

PROGRAMME et HORAIRE de la JOURNEE

Journée de formation au débat filmique

Groupes Pro-Fil d’Ile de France, Samedi 6 décembre 2014, Issy les Moulineaux

Comment introduire et animer une discussion autour d’un film ? Nous avons invité les Profiliens des groupes de Paris, Issy-les-Moulineaux et Plaisance à une journée consacrée à l’animation. Cette journée a été destinée en priorité à ceux et celles qui n’avaient pas encore eu l’occasion, ou alors très rarement, de conduire un débat filmique. A l’instar du groupe de Marseille nous avons choisi la formule des Travaux Pratiques par petits groupes (5 personnes) : chaque groupe (disposant d’un ordinateur pour visionner un court-métrage) se voyait chargé de préparer un débat pour les autres, et de le conduire dans l’après-midi. Nous avions 25 inscrits pour cette journée.

Les cinq courts-métrages retenus :

INTRODUCTION GENERALE

I.

Cette journée de formation s’adresse en priorité à ceux qui parmi nous n’ont encore jamais eu l’occasion de conduire un débat filmique, ou alors très rarement. Mais cette réflexion concerne aussi ceux qui ont déjà de l’expérience, tant il est évident que nous pouvons tous améliorer notre façon de procéder. Prendre part à un débat filmique, tout le monde adore ça à Pro-Fil… Par contre préparer un débat pour les autres, puis le conduire, c’est autre chose, il faut s’y entraîner : on espère que le programme de cette journée va répondre à votre attente. Alors comment s’y prendre ? c’est là toute la question. Sauf qu’on n’a pas la réponse. Sinon qu’il n’y a pas de recette ou plutôt il n’y a pas une recette : on essaye les uns et les autres de conduire les débats au mieux, en fonction de ce qu’on est et de ce qu’on sait, en fonction aussi du public, du genre du film. Pas de recette, certes, par contre, on s’est dit que ceux d’entre nous, organisateurs de cette journée, qui ont déjà un peu d’expérience peuvent essayer de la transmettre, à titre personnel, puisque chacun a sa propre façon de procéder. Il semble que chacun ait construit son propre échafaudage, élaboré petit à petit une sorte de canevas, à partir duquel lancer les grandes lignes du débat qu’on va mener. Histoire d’avoir quelque chose à quoi se référer. Il vous sera donc remis au cours de cette journée une feuille, que nous avons appelée : « transmission d’expérience personnelle »… ou encore : «comment je m’y prends pour construire un débat » Vous pourrez peut-être trouver dans ces feuillets quelques éléments pour élaborer vos débats à venir, puis y ajouter vos propres matériaux de construction…

II.

Nous voudrions maintenant pointer 3 aspects que nous jugeons essentiels à la conduite d’un débat (présents dans le guide de l’animateur)

  1. Un débat se construit sur le questionnement, (et pas sur le monologue) et ce n’est pas si évident que ça : préparer un débat, c’est trouver les bonnes questions à poser, c’est-à-dire celles qui n’appellent pas une réponse par oui ou par non. La bonne question, c’est rarement est-ce que ? c’est souvent : pourquoi ?
  2. Autre point important : il concerne la fameuse « fiche technique » : c’est-à dire le pedigree du film, sa présentation. Elle est nécessaire, mais il ne faut pas tomber dans le piège redoutable du monologue interminable et dormitif. Il ne s’agit pas d’imposer des minutes entières consacrées au réalisateur, à sa filmographie in extenso, avec la liste de tous les acteurs et pourquoi pas de tous les autres films où ils ont déjà joué…à la fin de l’exercice, tout le monde s’est discrètement assoupi. Ceci dit, il est nécessaire de donner ce genre d’informations, mais en faisant un tri sévère dans toute la masse de documents que nous apporte Internet. (aujourd’hui, la présentation du film avant sa projection sera très brève – 2 minutes maximum – puisqu’on trouve peu d’informations sur un C.M)
  3. Important enfin : débattre, ce n’est pas raconter le film, comme on le ferait d’un fait divers, le narratif n’est pas l’essentiel, un film ne se résume pas à son scénario. Un film est fait d’images. Hitchcock disait : « Tout ce qui est dit au lieu d’être montré est perdu pour le spectateur ». Au cours du débat, il est est intéressant, de revenir à ce qui a été montré, d’évoquer les scènes, les séquences qui nous ont frappés, intéressés, émus, questionnés. Ce qui est intéressant, c’est tenter d’approcher l’émotion visuelle que le film a déclenchée en chacun de nous, c’est amener chacun à exprimer ses émotions, ce qu’il a ressenti au cours de la projection. Chacun le fait à sa façon. On ne ressent pas forcément la même chose que son voisin.

III.

Organisation du travail des groupes

(La composition des groupes a été affichée, et chacun a reçu un programme-horaire de la journée)

Les 25 participants sont répartis en 5 groupes de 5 personnes. Nous avons placé dans chaque groupe une personne plus expérimentée qui en est un peu le moteur. De plus l’un de nous sera présent en appui dans chacun des groupes. A chaque groupe est attribué (par tirage au sort !) un court-métrage, à découvrir, puis à analyser, et autour duquel il s’agit de construire un débat qui sera mené avec l’ensemble des participants dans l’après-midi. Chaque débat fera alors l’objet d’une évaluation par le public. -Il est recommandé à chaque groupe de choisir dés le départ un secrétaire de séance (chargé de noter le déroulement de votre débat interne et les questions qui vont soutenir le débat), un présentateur chargé d’introduire le film en moins de 2 minutes avant la projection puis un animateur (c’est lui qui fait le job !) pour conduire le débat en plénière, éventuellement un modérateur pour donner la parole au public (puisque nous serons une trentaine dans la salle)

Les groupes disposent de 2 heures de travail, y compris le temps du (ou des) visionnement(s) du court-métrage, de 11h à 13h. Avant que les groupes se mettent au travail, une brève consultation sur ce que les participants attendent d’un débat filmique est organisée.

CONSULTATION DES PARTICIPANTS sur ce qu’ils attendent d’un débat filmique. Chaque participant reçoit successivement 3 « fiches » (post-it) :

Résultats du dépouillement des fiches : On verra que, exigeants vis-à-vis de l’animateur, les participants le sont tout autant à l’égard d’eux-mêmes.

A. Ce que l’on attend avant tout de la conduite d’un débat :

B. Ce qu’il faut à tout prix éviter dans la conduite du débat :

Sont proscrire à tout prix, ces exigences relevant à la fois de l’auto-discipline des participants et de la gestion du débat par l’animateur:
— les trop longs monologues et la monopolisation de la parole
— les interventions multiples, simultanées et incontrôlées
— les débats sans fin qui tournent au tournoi entre deux ou trois participants
— les digressions hors sujet
— les interventions définitives et écrasantes

Plus particulièrement, l’animateur doit :
— éviter de trop parler
— éviter les fiches techniques trop longues
— éviter de raconter le film.

C. Points que l’on souhaite spécifiquement voir abordés dans le contenu d’un débat :
— l’analyse de l’écriture cinématographique du film (éventuellement même : analyse de séquences)
— les thèmes développés par le réalisateur dans son film
— la place du film en débat dans l’ensemble de l’œuvre du réalisateur
— les films auxquels celui en débat fait référence
— l’expression de l’avis personnel – tant de l’animateur que des participants – sur le film.

(
↑ haut de page)

SYNTHESE DU TRAVAIL DES GROUPES

CE QUI RESSORT DES DEBATS PRESENTES EN PLENIERE

Après chaque débat conduit par l’un des groupes, nous avons consacré 3 minutes d’évaluation par le public : les autres participants.

1.Il s’agissait dans un premier temps de souligner tous les aspects positifs de la performance. Nous avons relevé des questions astucieuses, qui suscitent les réactions dans la salle : - quelles sont les images qui vous ont le plus marqué dans ce film ? - Qu’avez-vous vu dans la première séquence ? - Comment caractériser ce film en un mot ? - Comment est amené le comique ? Pourquoi rit-on à ce moment-là ? - Quels sont les thèmes du film ? - Comment nous apparaît cette femme ? Ce personnage ? pourquoi ? - Pourquoi ce changement de coiffure ? - Quels objets signifiants remarquons-nous ? Que signifient-ils ? - Quelle impression nous laisse ce film ? Les animateurs ont la plupart du temps été très à l’écoute des réactions de la salle. Ils ont pris le temps de valider les interventions des participants.

2. Dans un deuxième temps, il fallait (c’était une « obligation » !) pointer les bémols…, ce qui « n’avait pas très bien marché » d’où, par exemple, un silence dans la salle… les gens se demandant quoi dire… ! Voilà ce qui nous est apparu : nous devrions…. Eviter les questions (trop) abstraites : -comment qualifieriez vous la construction de ce film ? -comment se fait l’enchaînement des séquences ? - Eviter de raconter ou de faire raconter le film séquence après séquence - et alors, que se passe-t-il après ? (en général, on a oublié…) -et alors que fait-elle ? (on ne sait plus très bien, ou alors on sait et on raconte le film…) - Eviter de repousser une intervention inopinée ( voire dérangeante !) en disant : o n en reparlera plus tard ! -Eviter de trop parler : il arrive que l’animateur dans le feu de son enthousiasme pour le film pose une question (tout à fait intéressante) et ….y réponde lui-même sans attendre …

Nous avons tous remarqué, une fois de plus, que le public profilien est tellement coopérant, tellement heureux de discuter d’un film, qu’il fait ressortir les différentes facettes d’un film sans même avoir besoin d’être sollicité !

(
↑ haut de page)

QUESTIONNAIRE D’EVALUATION (anonyme, il a été remis à chaque participant à la fin de la journée.)

- Cette session de formation a-t-elle répondu à vos attentes ? Pas du tout / partiellement / largement / complètement
- Les informations données en introduction à la journée étaient-elles ? Insuffisantes / satisfaisantes / superflues
- La séance de travail (post-it à remplir) sur ce que vous attendez ou ce dont vous ne voulez pas dans une discussion vous a t-elle paru ? Inutile / d’un intérêt moyen / utile et intéressante
- Le travail en atelier vous a t-il paru enrichissant ? Pas du tout / un peu / beaucoup
- Les films étaient-ils bien choisis ? Non / Oui
- La séance de l’après-midi vous a-t-elle apporté ? Rien / un peu / beaucoup
- Auriez-vous préféré plus d’exposés et moins de travaux pratiques ? Oui / Non
- Auriez-vous souhaité plus d’informations techniques (termes du cinéma, analyse de l’image, etc) ? Oui / non - Non / en partie / oui

RESULTATS DU QUESTIONNAIRE D'EVALUATION

21 participants ont répondu, quelques uns étant partis avant la fin. Tous les participants ont manifesté leur satisfaction : pour la moitié d’entre eux, la session a répondu complètement à leurs attentes, pour l’autre moitié largement. Sur les questions plus détaillées, tous ont apprécié les informations données en introduction et le travail en atelier. Sur le travail sur les Post-it, une très large majorité l’a trouvé utile et intéressant, trois personnes l’ont trouvé d’un intérêt moyen. Le choix des films a été unanimement apprécié, certains (en petit nombre) nuançant avec des remarques de type « à peu près » ou « 4/5 », signifiant qu’ils avaient moins aimé un film sur les cinq, ce qui est un très bon score pour des films assez variés et des goûts forcément différents.

La séance de l’après-midi a été également appréciée, une seule personne ayant considéré qu’elle lui avait « un peu » apporté. Les conditions matérielles ont été jugées satisfaisantes. Quasiment tous ont apprécié la place des travaux pratiques et ne demandaient pas plus d’exposés.

Par contre, cinq personnes auraient souhaité plus d’informations techniques et cette demande est très largement confirmée par les commentaires libres en réponse à la dernière question sur les aspects sur lesquels il souhaiteraient que l’on mette l’accent ultérieurement : il y a une très forte demande (plus de la moitié se sont exprimés) pour une formation sur le vocabulaire et les techniques du cinéma, sur l’écriture cinématographique, et sur l’analyse d’images. On trouve aussi une demande sur l’histoire du cinéma. On a donc du pain sur la planche pour une deuxième session !

(
↑ haut de page)

EXPERIENCES PERSONNELLES

« Ma façon de procéder » :

Jacques Champeaux :

Voici ma méthode mais chacun a la sienne :

(
↑ haut de page)

Jean-Michel Zucker :

(
↑ haut de page)

Dorcy Erlandson :

Méthodologie personnelle

  1. Voir le Film : Y aller avec un minimum d’informations, afin de vivre l’expérience avec l’esprit ouvert. Ne pas prendre de notes. Rester jusqu’à la fin du générique, ce qui permet de savoir où le film a été tourné, et de voir des indications sur la musique.
  2. Faire des Recherches et Réfléchir : grâce à l’internet
  3. Voir le Film une 2e fois, une 3e fois si possible. Je me mets loin des gens si possible avec un bloc de papier et un stylo afin de noter des détails. J’essaie de relire ces notes et de noter mes réactions tout de suite en rentrant.
  4. Préparer le débat Essayer de trouver une question générale provocante pour ouvrir le débat Introduction (10 min max) : présenter les informations essentielles en suivant le guide de l’animateur ( le metteur en scène, acteurs ; prix….) Préparer une longue liste de questions, mais rester ouvert pendant le débat quant à l’ordre des questions.
(
↑ haut de page)

Jean Lods :

Ma pratique :

  1. La préparation
    1) Je vois le film (au moins) deux fois, et je prends des notes dans le noir la seconde fois pour pouvoir ensuite reconstituer le déroulement du film.
    2) Je laisse le film « vivre » en moi (ce que j’aime et pourquoi, ce que je déteste et pourquoi), m’habiter, imposer peu à peu ses lignes de force, ses scènes et ses images principales. C’est en quelque sorte une nouvelle vision du film où je cherche à analyser l’émotion ressentie et à en comprendre les ressorts.
    3) Je note en vrac tous les points et les idées qui ressortent de ces réactions, puis les mets en ordre. D’où un premier classement avec un certain nombre de rubriques, plus ou moins nourries en fonction des films : le type de film, la construction dramatique et l’évolution de l’histoire (pour moi, fondamental), les thèmes, le sujet, les personnages (dans leur façon d’apparaître et leur raison d’être), les lieux, les objets caractéristiques, les costumes, les images, le rythme, le style, la bande son, etc… (avec à chaque fois la question : pourquoi c’est comme ça ?) 4) Je lis dans la presse écrite et sur INTERNET les réactions et les articles relatifs au film et à l’auteur et note les choses intéressantes dans les rubriques correspondantes du classement établi au paragraphe 3.
  2. Structuration de l’animation
    1) Je rédige la courte (5 à 6 minutes max) introduction : présentation de l’auteur et de son œuvre avec ses caractéristiques principales, en sélectionnant les points en résonance avec le film en débat ; énoncé des éléments principaux de la fiche technique (scénario, mise en scène, lumière, cadrage, casting, musique, etc…) et des conditions de réalisation de ce film en me limitant à ce qui me paraît important. Je prépare un bref résumé du film au cas trop de gens ne l’auraient pas vu.
    2) Je prépare la première question du débat en essayant de trouver une question ouverte qui incite à parler. Parmi mes questions type :
    — En quelques mots, quelles ont été vos réactions à propos de ce film ?
    — Comment interprétez vous le titre ?
    — A quel genre (comédie, tragédie, thriller, etc…) appartient ce film et pourquoi ?
    — Vous vous rappelez la première image ?... Que nous annonce-t-elle ?
    — Si on vous demandait « de quoi parle ce film ? » que répondriez vous ?
    3) A partir du contenu de ma partie « Préparation », je prépare les questions que je poserai ensuite en essayant de trouver un enchaînement… que je ne respecte pas forcément dans le cours du débat (voir le chapitre « jeu de cartes » dans le Guide).
    En vrac, dix exemples de ces questions, mais il y en a une infinité…
    — Comment les personnages sont-ils caractérisés ? Avez vous remarqué comment ils sont habillés ?
    — Vous vous rappelez telle ou telle réaction d’un personnage ? Comment l’interpréter ?
    — Quels sont les lieux et pourquoi ce choix ?
    — C’est un film sur quoi ?
    — Y a-t-il des objets signifiants ?
    — Quel est le point bascule du film ?
    — Est ce que c’est un film réaliste ou décalé par rapport à la réalité ?
    — Quel est le regard porté par l’auteur sur la société ou le milieu décrit ?
    — Avez vous été sensibles à l’ »écriture » de ce film ?
    — Retour sur des scènes importantes dont je demande comment on peut les interpréter.
    4)La conclusion : à trouver à chaque fois, mais souvent c’est la pendule qui l’impose !
(
↑ haut de page)

Françoise Lods :

Ma façon de procéder

J’aime bien interroger les choix du réalisateur…et faire des hypothèses

  1. Quelle importance (quelle signification) peuvent bien avoir… et pourquoi :
    1. Les lieux du film ? (dedans/dehors, maison, escalier, salle-de-bain, cave, chambre à coucher, gare, rue, parking, mer, piscine, montagne…)
    2. Le moment du film ? (jour-nuit-saison-époque…)
    3. La temporalité du film ? (présent – flash-backs – lenteur – ellipses- accéléré)
    4. Les objets et accessoires placés dans le champ ??? tout élément de mise en scène est signifiant.
    5. La bande-son ? le bruitage/le bruit, les voix/une voix off, les silences , choix musicaux…..
    6. Les cadrages ? (plongée – contre-plongée – gros-plan – plan large- – plan fixe – travelling- panoramique - plan-séquence) Qu’est-ce que ça nous fait ?
  2. Quelle impression me fait tel ou tel personnage ? Est-il sympathique ? inquiétant, ou pas ? Pourquoi ????
    - l’entrée en scène de ce personnage
    - son costume
    - son physique : sa démarche, ses gestes, son expression de visage (regard, maquillage, coiffure, tics, blessure…)
    - les objets signifiants qui l’accompagnent
    - dans quel décor vit-il ? quel est son lieu de vie ?
    - son nom, prénom…..
  3. J’aime me pencher sur la toute première scène et décrypter ce que le réalisateur donne à voir…
    - Que ressent-on immédiatement ? Pourquoi ?
    - Que pressent-on ?
    - Peut-on établir un lien intéressant entre la première scène et la toute dernière ?
    - Où est le point-bascule de ce film (dans quelle scène) ?
  4. On peut rechercher le thème du film (et les thèmes sous-jacents ):
    C’est un film sur quoi ?
    Quel semble être le point de vue du réalisateur sur les thèmes qu’il a abordés ?
    Quel est notre point de vue à nous sur ce thème-là ?

PUIS, POUR OUVRIR LE DEBAT :
– traditionnellement on ouvre le débat par des informations sur le réalisateur, sa filmographie, les acteurs … (la fameuse « fiche technique », le pedigree, c’est indispensable). Ne surtout pas s’y noyer…c’est vite assommant… !
– mais on peut aussi ouvrir le débat par une question générale qui permette à un maximum de personnes de prendre la parole immédiatement : ce peut être un « tour de table » où chacun dit très brièvement » l’impression que lui a donné le film (limiter le temps de parole, ou le nombre de mots…) – on peut lancer la discussion en prenant appui sur le titre du film, voire sa traduction
– on peut discuter sur l’affiche du film : elle est parfois signifiante
– demander : c’est un film sur quoi ? et sur quoi encore ? (thématique)
– on peut se référer à la réception du film par la presse (on a fait auparavant des recherches sur Internet) ou par le public, et demander aux participants s’ils sont d’accord avec telle ou telle critique (et pourquoi)

POUR POURSUIVRE LE DEBAT :
– utiliser sous forme de questions les matériaux rassemblés pendant la phase de préparation (j’ai abandonné l’idée d’un plan préalable, je préfère me régler sur les interventions des participants)
– on peut aborder des scènes « déroutantes » du film, relever les plus « belles », les moments forts du film (sur le plan visuel, sur le plan dramaturgique)
– on peut examiner ce qui suscite l’adhésion, l’intérêt, l’émotion, ou le rejet dans ce film-là : pourquoi sommes nous transportés, émus, touchés ou au contraire exaspérés par ce film ?

Françoise Lods

(
↑ haut de page)

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact