logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"



Retour à la page des cours

Compte rendu de la journée du 10 avril 2015

facebook

Eschatologie : deux films

Le thème avait été choisi auparavant par les étudiants. Deux films ont été sélectionnés pour l'illustrer, Matrix Revolutions et Que la lumière soit !


1. Matrix Revolutions

similitudes entre l'évangile et Matrix :

  • combat entre le bien et le mal
  • les humains sont sous l’emprise du Mal : machines/Satan
  • il faut un sauveur pour les en délivrer
  • le sauveur est entouré de gens qui croient en lui
  • la foi sauve

similitudes entre Christ et Néo :

  • notion d’élu
  • il faut « croire » en lui
  • pouvoirs surnaturels
  • il se sacrifie
  • par son sacrifice, il déjoue le côté malin des machines et apporte la paix=salut, notion de médiation

différences de Matrix par rapport à l'évangile :

  • la foi est une foi en l’homme, il faut croire à la victoire
  • la foi est opposée à la peur (dans un discours de Morpheus à la foule dans Matrix reloaded)
  • la souffrance vient de bugs volontairement introduits dans le programme pour accroître la production d’énergie par les humains
  • l’élu n’est pas élu par un père/Dieu ; il n’a aucune relation avec une transcendance

2. Que la lumière soit !

éléments à comparer :

  • Dieu, il se révèle dans différents humains – qui sont traités de fous ; côté anthropomorphique (tic, colère) se retrouve dans Yahviste
  • Satan : séducteur, puissant ; s’oppose au projet de Dieu
  • l’ange
  • la création comme un script
  • l’exégèse multiforme

différences

  • pas de Christ
  • plutôt un prophète en la personne de la réalisatrice
  • ce n’est pas une révélation divine qui apporte le salut, mais une « révélation humaine » = vision des rêves de chacun ; ce ne sont pas les humains qui sont inspirés de Dieu, mais Dieu qui s’inspire des rêves des humains.

3. En guise de conclusion

Dans Que la lumière soit !, au cours de la présentation finale du film, tous les spectateurs rient. Ce rire désarme même le diable – au sens littéral du terme : son pistolet tombe par terre.

A la fin, ceux qui ont vu le film, planent. Car chacun a vu ce qu’il a rêvé.

Qu’est-ce à dire ?

Que le fait de rire allonge la vie est notoire. Que l’humour désarme même le diable, est une idée géniale. Il faudrait plus d’humour dans nos vies, dans nos échanges, dans nos apprentissages…

Mais que le bon script fait voir à chacun ce qu’il a envie de voir me pose problème. Car, qu’est-ce que le diable a envie de voir, sinon de détrôner Dieu ?

Faut-il vraiment laisser à chacun ses rêves ? Untel rêvera alors d’assujettir untel, untel rêvera de se venger cruellement de tel autre qui lui a fait du mal, un autre rêvera qu’il devient riche et puissant – est-ce vraiment la solution ?

Vous me direz, ce ne sont que des rêves. Mais de tels rêves ne peuvent pas constituer le salut. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

L’humour, le vrai, est celui qui se moque de soi-même. Il fait ce pas de côté qui permet de se regarder à travers les lunettes amusées d’un autre.

Et si le salut consistait alors en une conversion de notre regard sur nous-même qui convertirait jusqu’à nos rêves ?

Nous savons tous que, si consciemment nous avons choisi de ne pas nous venger, de ne pas vouloir écraser l’autre, de ne pas envier l’autre – dans nos rêves notre subconscient se manifeste en nous tenant un miroir devant nos yeux de ce que nous désirons vraiment, au fond de nous, de façon plus ou moins refoulé.

Dieu, dans le film d’Arthur Joffé, incite la jeune réalisatrice à filmer les rêves. Je m’imagine alors que ce sont des rêves convertis au passage qui permettent à chacun et chacune, non de refouler ce qu’ils désirent, mais de l’accueillir et de le convertir. Car la vraie conversion concerne ce qu’il y a de plus intime en nous, ce que nous cachons aux yeux des autres, ce dont nous avons honte quand nous y pensons honnêtement. La vraie conversion est ce pas de côté qui nous permet de nous voir à travers les yeux de Dieu : « mais tu t’es vu là ? tu veux quoi au juste ? tu veux vraiment… ? »

Les rêves sont ici l’indicateur de ce que l’apôtre Paul appelle « l’homme intérieur ». Et c’est bien lui qu’il faut convertir.

Comment ?

Arthur Joffé répond : par l’imagination et par l’humour.

Lecture du début texte du jour : 1 Cor. 14, 1-6

Parler aux autres leur langage. Le langage est, aujourd’hui plus qu’autrefois, constitué d’images. C’est pourquoi il est si important d’analyser le cinéma. Il nous ouvre sur un monde qui reflète les rêves de l’humanité. Il nous permet d’avancer patiemment sur le chemin de la conversion de nos rêves.

Waltraud Verlaguet


Matrix Revolutions

de Lana et Andy Wachowski, USA

Thomas A. Anderson, un jeune informaticien connu dans le monde du hacking sous le pseudonyme de Néo, est contacté via son ordinateur par ce qu’il pense être un groupe de hackers. Ils lui font découvrir que le monde dans lequel il vit n’est qu’un monde virtuel dans lequel les êtres humains sont gardés sous contrôle. Au cours des trois volets, Matrix (1999), Matrix Reloaded (2003) et Matrix Revolutions (2003), Néo comprend qu'il est l'élu qui doit sauver l'humanité.


Que la lumière soit !

d'Arthur Joffé, France 1998

Dieu, mécontent des hommes, décide de faire une apparition sur la Terre. Il choisit un moyen moderne pour s'adresser à l'humanité et décide de faire un film. C'est ainsi qu'il part à la recherche d'un metteur en scène digne de filmer son oeuvre. Son premier rendez-vous en Californie tourne mal. C'est alors qu'il se souvient d'une vieille histoire d'amour et pense à la France.


1 Cor. 14, 1-6

Cherchez avant tout à aimer les autres. Désirez les dons de l’Esprit Saint, surtout le don de parler au nom de Dieu. Si quelqu’un parle en langues inconnues, il ne parle pas aux gens, mais à Dieu. Personne ne le comprend. Avec l’aide de l’Esprit Saint, il dit des choses mystérieuses. Mais si quelqu’un parle au nom de Dieu, il parle aux gens : il construit la communauté, il encourage et il console. Celui qui parle en langues inconnues ne construit que lui-même. Au contraire, celui qui parle au nom de Dieu construit la communauté tout entière.

Je souhaite que vous parliez tous en langues inconnues, mais j’aime encore mieux que vous parliez au nom de Dieu. Parler au nom de Dieu, cela vaut mieux que de parler en langues inconnues, sauf si quelqu’un traduit pour construire la communauté. Frères et sœurs chrétiens, prenons un exemple : je viens vous voir et je vous parle en langues inconnues. Si mes paroles ne vous apportent rien, ni message clair, ni connaissance, ni parole de la part de Dieu, ni enseignement, est-ce que je vous rends service ?

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr