logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS


facebook

Retour à la page des cours

Les contributions de la journée :


L'évangile selon Mathieu de Pasolini

Analyses des groupes 1 et 2

Montpellier 20 mars 2015


Groupe 1

(Maike Gattermann et Hélène Bouguerra)

1. En quoi le film est conforme à l’image de l’évangile ?

a. Première partie

b. Seconde partie

c. Troisième partie

2. Comment Jésus est-il montré ?

3. En quoi cette image donnée par le réalisateur peut rencontrer notre foi ?

FIN

Groupe 2

I. Présentation générale (Claude Bonnet)

Au départ, il y a un malentendu. Je m'explique : le peu que je savais et les quelques films que je connaissais de Pasolini me laissaient penser que l'Evangile (que je n’avais jamais vu), devait être un film blasphématoire, anti religieux, politiquement incorrect, voire scandaleux et au mieux une lecture « marxiste » du texte de Matthieu. Le scandale qu'il a provoqué lors de sa sortie en Italie était-il dû à la personnalité sulfureuse de Pasolini et/ou à une image trop humaine du Christ dans le film ?

La lecture du générique m'a tout de suite détrompé :

Nous allons malgré tout tenter une réflexion critique.

En premier lieu, Elise comparera, dans sa chronologie et dans sa vraisemblance, le texte de Matthieu aux images du film au moyen de 2 extraits.

Ensuite, Chantal analysera à travers 3 extraits l’image de la figure du Christ au regard du texte.

Enfin, je vous montrerai comment les images sublimes de Pasolini font passer une émotion absente du texte à l’aide de 2 séquences.

II. Mélanges et omissions (Elise Badstieber)

Le film de Pasolini L'évangile selon Matthieu montre bien les textes de Matthieu. Mais en regardant ce film, on remarque plusieurs points mal réalisés. J'ai comparé le film aux textes de Matthieu.

En général le film montre bien les points les plus importants de la vie et de l'histoire de Jésus, mais à partir de la 34ème minute il est difficile de suivre les textes. Si on suit la chronologie du film, on remarque que les textes sont très mélangés.

Par exemple, Pasolini prend quelques parties du chapitre 10, puis une scène du chapitre 4, suivent des scènes des chapitres 8 et 5 etc. Donc, c'est très mélangé et souvent pas évident.

Qu'est-ce qu'il veut montrer, d'où prend-il telle partie et dans quel texte?

Dans la parabole des deux fils Mt 21,18-32, Jésus demande aux scribes et aux pharisiens lequel des deux a obéi au père. Matthieu répond «le premier», Pasolini fait répondre «le deuxième».

On a du mal à comprendre les scènes, parce qu'elles ne montrent que la situation sans la parole. Cela veut dire, si on ne connaît pas bien les textes, on ne peut pas comprendre ce qui se passe. Parfois j'ai l'impression que de ce fait des informations importantes sont oubliées.

Pour m'expliquer je veux vous donner deux exemples significatifs.

1. Un ange aparaît les 3 mages

Le film 13:00-13:57 - Mathieu 2,12 : Puis, divinement avertis en rêve de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

On comprend dans le film qu'ils suivent l'ange, mais on ne comprend pas qu'il les emmène vers une route différente de celle d'Hérode. De plus, Matthieu parle d'un rêve ce qui n'apparaît pas dans le film.

2. Une autre scène est celle de la mort de Jean Baptiste

Le film 1:07:54- 1:09:04 Mathieu 14,3-10 : 3 Car Hérode avait fait arrêter Jean, il l'avait fait lier et mettre en prison, à cause d'Hérodiade, femme de Philippe, son frère. 4 En effet, Jean lui disait: Il ne t'est pas permis de l'avoir pour femme. 5 Hérode voulait le tuer, mais il avait peur de la foule, parce qu'elle tenait Jean pour un prophète. 6 Or, pour l'anniversaire de la naissance d'Hérode, la fille d'Hérodiade dansa au milieu des convives et plut à Hérode, 7 tant et si bien qu'il s'engagea par serment à lui donner ce qu'elle demanderait. 8 A l'instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici même, sur un plat, la tête de Jean le Baptiseur. 9 Attristé, à cause de ses serments et des convives, le roi commanda de la lui donner 10 et envoya décapiter Jean dans la prison.

Hérode a emprisonné Jean Baptiste qui lui reprochait d'avoir épousé Herodia, la femme de son frère Philippe. Mais à cause du peuple, il ne voulait pas sa mort. Pendant une fête la fille de Herodia danse pour Herode et ses invités. Le roi est très content et pour la remercier, il lui demande ce qu'elle souhaite. Elle demande conseil à sa mère qui dit: « la tête de Jean » (Mt 14,1-12)

Si on connaît les textes ou l'histoire de la bible c'est clair, sinon on ne comprend pas.

III. Fidélité ou interprétation ? (Chantal Bonnet)

Quelle image du Christ nous donne Pasolini au regard du texte de Mathieu ?

Par l'analyse de 3 extraits, nous allons voir le parti pris par Pasolini de nous montrer un Christ de chair et emprunt d'humanité éloigné du Christ spirituel de Mathieu.

1- Le baptême de Jésus : 1ère apparition de Jésus (adulte)

Mathieu 3-13 - Film : 24'59'' → 26'15''

Que nous montre Pasolini ?

Pasolini nous donne à voir un Christ au visage inexpressif filmé en gros plan sur fond blanc, sans parole, sans musique, il marche vers nous et nous regarde . Que pense-t-il ? Que veut-il ? L'oeil de la caméra et du spectateur se confondent. Au spectateur de se faire une opinion, Pasolini est neutre.

Alors, il avance en plan pied et dans un plan en ½ ensemble vers nous ou vers Jean-Baptiste, il est barbu, vêtu pauvrement et son regard s'anime à peine. On comprend qu'il appartient à la classe des pauvres : la barbe et le vêtement s'opposent aux visages lisses et aux riches vêtements des pharisiens vus précédemment. Ce personnage énigmatique commence à prendre chair, son humanité va se révéler à l'annonce de la mort de Jean-Baptiste.

2- Exécution de Jean-Baptiste

Mathieu 14-13 - film : 1h 09'18'' → 1h 10'06''

Que nous montre Pasolini ?

Ellipse entre l'exécution de Jean-Baptiste et la scène suivante qui montre, après un plan d'ensemble avec Jésus de dos en premier plan, une succession de gros plans sur les apôtres en pleurs et enfin un gros plan de Jésus en larmes. A nous de comprendre qu'ils viennent d'apprendre la mort de Jean-Baptiste. Pasolini donne ici à Jésus une dimension humaine, il a des sentiments ce que le texte de Mathieu ne dit pas. Interprétation de Pasolini.

Pasolini nous montrera par ailleurs un Christ vindicatif, imprécateur et révolutionnaire, fidèle cette fois à Mathieu.

3- Hypocrisie et vanité des scribes et des pharisiens

Mathieu 23-13 - film :1h 30' 58'' → 1h 32'10''

Que nous montre Pasolini ?

Jésus invective les pharisiens devant une foule de plus en grande acquise à sa cause.

Jésus est pris de loin en plan d'ensemble avec la foule de dos, ensuite on a une série de plans successifs sur les diverses composantes de la foule prise de face en plan américains avec le Christ qui parle en voix off. Puis il y a un mouvement de caméra à l'épaule qui part de la foule et qui se rapproche petit à petit du Christ pris en contre plongée au milieu de 4 apôtres, pour finir dans une lumière en surexposition, message d'une grande ferveur divine qui prendra toute sa signification dans la très belle image de la figure du Christ sur la croix.

4- Relation poétique de Pasolini à la figure du Christ

Film : 2h 06'36'' → 2h 06'13''

Le Christ mort sur la croix en gros plan, tête horizontale (peu courant dans les représentations de crucifixion) d'une grande beauté esthétique qui nous révèle un Pasolini respectueux d'une religion à laquelle il dit ne pas croire. 

IV.. L'émotion chez Pasolini (Claude Bonnet)

1. La naissance de Jésus

Mathieu 1,18-25 - film : 2'34'' → 6'

C’est en réalité Marie qui « annonce » à Joseph qu’elle est enceinte.

Une séquence en 2 parties qui est le début du film :

Les interprètes sont visiblement des Italiens du Sud et les paysages n’ont rien à voir avec la Galilée ou la Judée.

2. La Crucifixion, Le Chemin de Croix

Mathieu 27,32-38 - film : 1h 59'29'' → 2h 04'36''

4 parties :

  1. dans les rues de Jérusalem le champ-contrechamp est filmé comme un reportage TV, bruits de foule, caméra à l’épaule très mobile, plans courts et longs alternés ;
  2. la montée au Golgotha sur un fond musical avec des panoramiques qui suivent la procession jusqu’au sommet ;
  3. la crucifixion avec un fond musical entrecoupé des coups de marteau et des cris de douleur puis en alternance une contre-plongée du Christ en croix sublimé par la lumière et les gros plans sur Marie (la vraie mère de Pasolini) en noir, en souffrance, dont la caméra suit les mouvements douloureux;
  4. l’écran noir, toujours la musique et la voix off qui dit : « vous écouterez avec les oreilles… ».

Vers le haut

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact