logo   

Retour vers l'accueil

Bai lu yuan (La Plaine du Cerf Blanc) de Wang Quan'an


avec Zhang Fengyi, Zhang Yuqi, Wu Gang
(Chine 2011, 177 min.)
Sélection officielle Berlinale 2012

Il s'agit d'une fresque historique d'après le roman éponyme de Chen Zhongshi. Deux familles, les Bai et les Lu qui ont toujours vécu en bonne intelligence, et un amour interdit, sont peints entre le début de la révolution en 1911 et l'invasion des japonais en 1938. Wang Quan'an, qui a gagné l'ours d'or en 2006 avec Le mariage de Thuya, retrace ici l'interaction entre tradition et idées nouvelles sur fond de questions beaucoup plus existentielles : trouver sa place, fonder une famille, aimer, survivre.

Les images sont somptueuses, des plans panoramiques sur le champ de blé immense où trône une porte rituelle, filmé à des moments différents de la journée et de l'année, servent de transition entre les séquences.

Le réalisateur nous fait une fois de plus mesurer le poids des règles ancestrales, fondées sur une stricte morale, garantie par une hiérarchie tout aussi stricte. L'individu est inséré dans un tissu d'obligations, mis à mal à l'occasion par la nouvelle idéologie, mais qui reste fondateur sous la surface.

Propos d'autant plus pertinanet que le réalisateur a dû compter avec la censure chinoise.

Waltraud Verlaguet

Bai lu yuan

Bai lu yuan © Berlinale 2012 Bai lu yuan Bai lu yuan

Wang Quan'an

Wang Quan'an