logo   

Retour vers l'accueil

Jin Ling Shi San Chai (Les fleurs de la guerre) de Zhang Yimou


avec Christian Bale, Nini, Atsuro Watabe
(Chine 2011, 141 min.)
Hors competition Berlinale 2012

Les derniers moments avant la chute de Nankin. Des écolières qui n'ont pas réussi à fuir vivent dans une église, rejointes par Jon Miller, un aventurier américain en quête d'argent. Des prostituées de luxe forcent la porte pour s'y refugier à leur tour. Jon refuse d'aider les filles. Il est épris de désir pour la plus jolie des prostituées.

Les japonais attaquent l'église : Jon se déguise en prêtre pour sauver sa peau. Les prostituées se cachent dans la cave. Les soldats s'en prennent aux filles, mais avant d'arriver à les violer, l'américain a un sursaut d'humanité et se dresse comme un bastion devant les jeunes filles. Grâce à l'intervention aussi désespérée qu'astucieuse du dernier soldat chinois survivant, les filles sont épargnées. Arrive le commandant japonais, épris de musique. Il veut entendre les filles chanter. Il est charmé. Il fait porter une invitation pour qu'elles viennent chanter à la cérémonie pour la victoire. Personne n'est dupe du sort qui attend les écolières. Alors se sont les prostituées qui se sacrifient : elles se déguisent en pensionnaires, pendant que Jon, qui a réussi à réparer en cachette un vieux camion, arrive à faire sortir les jeunes filles de la ville.

L'histoire est filmée somptueusement. La caméra est souvent très près, surtout lors des scènes de bataille, le spectateur est comme happé par l'horreur des combats. La beauté des prostituées est sublime.

Comme dans La liste de Schindler, c'est l'atrocité de la situation qui provoque un engagement total d'un héros qui au départ n'en est pas un. Il aurait pu fuir. Il risque sa vie pour sauver les jeunes filles.

C'est du grand Zhang Yimou.

Waltraud Verlaguet

Christian Bale Christian Bale

Christian Bale © Berlinale 2012, avec la permission spéciale de New Pictures Film Zhang Yimou, Christian Bale

Zhang Yimou, Christian Bale © Berlinale 2012, avec la permission spéciale de New Pictures Film