Pro-Fil : Berlinale 2013

Camille Claudel 1915 de Bruno Dumont

France 2013, Sélection officielle, avec Juliette Binoche

Camille Claudel 1915

Juliette Binoche dans Camille Claudel 1915, © Berlinale 2013


Art et folie

Quelle histoire triste ! Magnifiquement interprétée par Juliette Binoche, cette Camille pose une fois de plus la question du lien entre art et folie, si souvent traitée. Paul Claudel, le frère de Camille, explique au médecin qui soigne sa sœur : l’activité artistique se situe dans les sphères les plus fragiles du cerveau, la limite vers l’abîme est vite franchie.

Bruno Dumont

Bruno Dumont, © Berlinale 2013

Mais le médecin plaide pour une libération de Camille, visiblement pas à sa place dans cet asile – c’est le frère, en qui Camille avait placé tant d’espoir, qui la maintient éloignée de la société « normale » pour se défendre de sa folie à lui !

A la différence de celle de Camille, éminemment subversive, celle de Paul se coule dans les conventions de la dévotion bien-pensante. Y a-t-il une échappatoire à celle-ci ?

Camille expie - pour le restant de ses jours, une trentaine d’années ! – une liberté que le frère vit comme une menace à sa propre respectabilité, une fois de plus sous prétexte de servir Dieu. Dieu a bon dos !

Waltraud Verlaguet