logo

Pro-Fil

Berlinale 2014


Berlinale 2014

© Berlinale

Retour à l'accueil

American Hustle de David O. Russell

Berlinale Special 2014

Amy Adams, Bradley Cooper, Jeremy Renner, Christian Bale et Jennifer Lawrence dans American Hustle,© Francois Duhamel, Tobis Film

Des différentes manières d'arnaquer les autres - et soi-même

Avec Christian Bale, Bradley Cooper, Amy Adams, Jeremy Renner, Jennifer Lawrence

Irving Rosenfeld (Christian Bale), arnaqueur "middle class", tombe éperdument amoureux de Sydney Prosser (Amy Adams) qui se révèle être une partenaire très douée. Ensemble ils font merveille. Mais un jeune inspecteur du FBI, Richie DiMaso (Bradley Cooper) les démasque et les force à travailler pour lui pour coincer les politiciens corrompus. Pour échapper aux poursuites, Irving et Sydney, qui s'est rebaptisée entre temps Lady Edith avec un accent anglais, inventent des stratagèmes pour prendre leurs cibles les mains dans le sac. Les choses se corsent quand ils font intervenir un faux cheikh qui attire les gros bonnets de la mafia. A son tour amoureux de Sydney, Richie semble mener le jeu. C'est compter sans la jalousie de l'épouse d'Irving, Rosalyn (Jennifer Lawrence), courtisée par un des hommes de la mafia, et sans les bons sentiments d'Irving pour la première de ses cibles, le jeune maire de New Jersey, Carmine Polito (Jeremy Renner), dont il estime ce qu'il fait pour la ville.

Amy Adams et Christian Bale dans American Hustle,© Francois Duhamel, Tobis Film

Librement inspiré de faits réels des années 1970, un grand scandale politico-financier, cet imbroglio malicieusement complexe entre arnaqueurs de niveaux différents se transforme sous la caméra complice de Linus Sandgren en une parabole de la vie, ne disons pas humaine, mais du moins de la vie dans un certain milieu. « To be or not to be » devient ici : qui arnaque qui ? Les interrogations sur ce chacun est et ce qu'il aimerait être traversent le film de part en part. « Il faut s'inventer soi-même pour survivre » semble être le leitmotiv. Mais « pour s'inventer, il faut avoir les deux pied sur terre », dit Irving vers la fin du film. Lui, le génie de l'arnaque, finit par se retirer avec sa belle du 'business' - sauf peut-être un petit peu, il ne faut pas exagérer tout de même... Un genre d'arroseur arrosé qui finit par arroser son petit jardin. Et le jeune loup du FBI qui voyait déjà sa carrière monter en flèche après un coup d'éclat, reste au tapis.

David O. Russell,© Francois Duhamel, Tobis Film

Waltraud Verlaguet

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bt. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr