logo

Pro-Fil

Berlinale 2014


Berlinale 2014

© Berlinale

Retour à l'accueil

Die geliebten Schwestern de Dominik Graf

Triangle amoureux en Lumières

Hannah Herzsprung, Florian Stetter, Henriette Confurius dans Die geliebten Schwestern © Senator Film

Avec Henriette Confurius, Florian Stetter, Hannah Herzsprung, Ronald Zehrfeld, Maja Maranow, Anne Schäfer, Andreas Pietschann, Michael Wittenborn

La vie de Friedrich Schiller, depuis sa rencontre avec les soeurs de Lengefeld jusqu'à sa mort, à l'époque des Lumières - et de la révolution française. Schiller tombe amoureux des deux soeurs de la petite noblesse et réciproquement. Caroline, l'aînée, passionnée, a dû très jeune épouser Friedrich von Beulwitz, un conseiller impérial, pour sauver la situation financière désespérée de la famille après la mort de son père. La plus jeune, Charlotte, est timide et réfléchie. Elle est envoyée chez sa marrainne - qui n'est autre que Madame von Stein, la maîtresse de Goethe - pour apprendre les bonnes manières et trouver un mari. C'est là qu'elle fait la connaissance de Schiller, qui n'est alors encore un jeune poète sans le sou. Elle l'invite à son château familial où il rencontre Caroline. Les deux soeurs se sont juré de tout partager, et se proposent de partager également cet amour. C'est Caroline qui presse Schiller de demander la main de Charlotte. Celle-ci accepte, mais ils doivent attendre que Schiller trouve une situation. Ce n'est que quand il obtient la chaire d'histoire à Jéna qu'il peut prétendre faire sa demande. Les choses se compliquent quand naît le premier enfant.

Henriette Confurius et Hannah Herzsprung dans Die geliebten Schwestern © Senator Film

Un portrait charmant d'une époque passionnante. Les nouvelles idées transforment aussi le carcan moral, c'est un genre de mai 68 - toutes proportions gardées. Le ménage à trois devient une option pour des esprits épris de liberté. Les nouvelles techniques de l'imprimerie permettent de sortir des épreuves plus facilement, donc à moindre coût, donc plus accessibles. Les écrits se propagent très vite, Schiller est rapidement acclamé partout pour le naturel et la liberté de son ton. Sa rencontre avec Goethe, plus âgé, plus conventionnel, est filmée avec une finesse et une pudeur exemplaires.

Le Weimar de l'époque grouille de vie intellectuelle. A part Goethe et Schiller, la ville abrite alors également Herder et Wieland. Le second mari de Caroline, après son divorce du mal aimé Beulwitz, Wilhelm von Wolzogen - qui l'a assistée comme chevalier servant dans sa fuite pour mettre au monde clandestinement l'enfant qu'elle portait de Schiller - ramène de Paris des récits de la révolution. Il montre notamment un livret avec des gravures des différentes exécutions. Tout de suite après, le réalisateur a mis en scène les différents protagonistes du film en plan américain fixe sur fond noir, dans des poses évoquant des portraits peints de cette époque. Ce procédé fait saisir sans mots qu'ils font tous partie de ceux qui, dans le Paris de l'époque, auraient risqué la peine capitale.

Florian Stetter dans Die geliebten Schwestern © Senator Film

Caroline se met aussi à écrire, avec l'aide de Schiller, et sous un pseudonyme. C'est elle qui écrira, longtemps après la mort prématurée de Schiller, sa première biographie, en gommant toutefois tout détail de leur relation intime. On apprend à la fin du film que la totalité de leur correspondance est perdue, à part un seul fragment. Et que, donc, de nombreuses questions restent ouvertes et l'histoire racontée par le film repose en grande partie sur des conjectures. De l'exprimer en voix off en montrant les touristes devant la maison de Schiller aujourd'hui est une belle trouvaille.

Florian Stetter, Dominik Graf, Henriette Confurius © Senator Film

Ainsi le film noue ensemble l'Histoire, amoureusement reconstruite et interprétée avec brio, la biographie d'un grand écrivain et poète et une histoire d'amour singulière. Malgré la durée, on ne s'ennuie pas (la version en salle sera raccourcie à 140 minutes contre les 170 minutes de la version festival).

Waltraud Verlaguet

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bt. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr