logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"



Retour à la page du festival

Berlin 2015

Every Thing Will Be Fine

(Sélection Officielle)



Charlotte Gainsbourg et James Franco, photo : Donata Wenders © NEUE ROAD MOVIES GmbH

Wim Wenders dessine de façon très fine le conflit psychologique des personnages, Tomas surtout, mais aussi Kate et Christopher. Personne n’est ‘coupable’ au sens juridique. C’est un accident. Et pourtant. Le livre que Tomas écrit après cet accident, après avoir touché ‘le fond’, est nettement plus fort que ses précédents et il est par la suite consacré et fêté. Alors que Kate, la mère meurtrie, continue à vivre chichement de ses illustrations pour différentes revues. C’est surtout cette injustice que ressent Christopher. Pour dire qu’on est déçu, on peut dire en anglais qu’on est pissed off. Christopher s’introduit la nuit dans la maison de Tomas - qui a refait sa vie avec Ann et sa fille -  et pisse sur le lit conjugal…

C’est aussi et surtout cette culpabilité de ‘profiter’ des malheurs d’autrui dont parle le film. L’éditeur de Tomas lui explique que toute difficulté qu’on traverse peut devenir une source d’inspiration. Sara, la première compagne de Tomas, lui reproche sa distance, son incapacité à vraiment parler ensemble de leur relation, de simplement tourner la page. Ann lui reproche de ne pas être plus bouleversé que ça après un accident auquel ils ont assisté. Kate lui reproche de vouloir éluder l’entretien avec Christopher que ce dernier réclame, pour « ne pas mettre en danger son équilibre psychique » dont il a besoin pour terminer son nouveau livre. Et Tomas se sent confusément coupable de tout cela. La tension se dénoue quand il prend finalement Christopher dans ses bras.

Lilah Fitzgerald et James Franco , photo : Donata Wenders © NEUE ROAD MOVIES GmbH

Pour la petite histoire : quand Christopher tend à Tomas ses livres pour qu’il les signe, on voit le titre du premier : Nowhere Man – qui est le titre du premier scénario du scénariste du film, Bjørn Olaf Johannsen, primé à Sundance  il y a quelques années par Wim Wenders.

Si l’histoire m’a intéressé, j’avoue que j’étais moins persuadée par la forme. La 3D nous a offert quelques très belles images de personnes en gros plan, à part ça je trouvais la perspective artificielle et non nécessaire. Les cartons annonçant les années passées entre deux plans étaient superflus, on aurait compris en voyant les enfants ayant grandi – même si les adultes ne prennent pas une ride. La musique était trop symphonique à mon goût – j’aurais mieux aimé ce film avec moins de moyens, moins de tout, plus simplement. Car c’est une histoire importante, celle de la créativité et de la responsabilité de l’artiste.

Waltraud Verlaguet

DeWim Wenders


Wim Wenders et James Franco, photo : Donata Wenders © NEUE ROAD MOVIES GmbH

Allemagne/Canada/France/Suède/Norvège 118 minutes

Avec : James Franco, Charlotte Gainsbourg, Rachel McAdams, Marie-Josée Croze, Robert Naylor, Peter Stormare, Patrick Bauchau, Lilah Fitzgerald

Synopsis :

Une route une nuit d’hiver. Il neige, la visibilité est mauvaise. Une luge déboule, freinage à bloc, la voiture s’arrête, silence. L’écrivain Tomas n’est pas responsable pour cet accident tragique, ni le petit Christopher qui aurait dû mieux surveiller son frère, ni Kate, la mère, qui aurait dû appeler les enfants plus tôt.
Tomas tombe dans un trou. La relation avec sa compagne Sara se brise sous ce poids, il se refugie dans son écriture. Il essaie de reconstruire une vie. De même, Kate et Christopher. Le film suit les personnages pendant 12 ans, Christopher a maintenant 16 ans et veut affronter Tomas.

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr