logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"



Retour à la page du festival

Berlin 2015

Histoire de Judas

(Sélection Forum)



Nabil Djedouani, Rabah Ameur-Zaïmeche © Sarrazink Productions - Arte France Cinéma

C’est un film curieux. Visiblement tourné avec des moyens réduits, presque en famille, on pourrait parler d’un ‘peplum en chambre’. Les mouvements de foule sont filmés par un resserrement du cadre sur une poignée de personnages. Le décor est celui des ruines romaines ou des maisons d’habitation à moitié en ruines, sans souci de vraisemblance. La seule scène située dans un palais romain est tournée dans un musée.

Ce qui est intéressant, ce sont les retournements par rapport au récit biblique.

Jésus n’entre pas à Jérusalem sur le dos d’un ânon, il porte un ânon dans ses bras. Le parfum de grand prix n’est par répandu sur Jésus par Marie de Béthanie, mais par la mère de la femme adultère – à moins que la mère de la femme adultère ne soit précisément Marie de Béthanie. Barrabas n’est pas un meurtrier que la foule réclame, mais un pauvre fou qui se prend pour l’élu, nommé Carrabas. La victime des bandits secourue par le Samaritain n’est autre que Judas – et nous sommes là dans le vif du sujet.

Xavier Mussel, Nabil Djedouani, Régis Laroche © Sarrazink Productions - Arte France Cinéma

Le personnage principal du film est Judas. Jésus paraît bien falot à côté. Judas connaît Jésus depuis sa naissance. Le film commence au moment où il va chercher Jésus au bout de ses quarante jours de jeûne pour le porter sur son dos jusqu’à chez lui. Il lui pose alors la question : « tu es prêt ? » et Jésus répond « je suis prêt ». Ce sont ces mêmes paroles que Judas prononce quand il se couche sur le lit de mort de Jésus pour mourir. Ainsi la boucle est bouclée. La dernière image montre Jésus émerger des roseaux, donc ressuscité – et cette résurrection apparaît presque comme la conséquence du sacrifice de Judas.

Lui, qui apparaît comme le plus fidèle de ses disciple, son meilleur ami et son garde du corps, a surpris un Essénien en train de transcrire les faits et geste du maître – contre l’ordre express de ce dernier. Judas en fait part à Jésus qui lui dit alors : « fais ce que tu dois faire, et fais-le vite », allusion à la trahison de Judas en Jn 13,27, sauf qu’ici c’est l’ordre d’aller à Qumran pour brûler les transcriptions de ses paroles – les manuscrits de Qumran deviennent alors les paroles de Jésus. L’Essénien se venge par un coup de couteaux – et c’est là que Judas est secouru par le Samaritain – et du coup il est sur son lit de malade et ne s’en relève qu’après la crucifixion, issue qui lui enlève tout espoir et l’incite à mourir. Seule fausse note dans cette transcription singulière : Jésus qui guérit Ponce Pilate de ses migraines, ce n’était pas nécessaire, et le rôle du fou, abattant les croix et embrassant l’inscription annonçant la mort du roi des Juifs, aurait mérité un meilleur développement.

Waltraud Verlaguet

De Rabah Ameur-Zaïmeche

Rabah Ameur-Zaïmeche © MD

France, 99 minutes

Avec : Rabah Ameur-Zaïmeche, Mohamed Aroussi, Marie Loustalot, Patricia Malvoisin, Eliott Khayat, Abel Jafri, Xavier Mussel

Synopsis :

Qaund Jésus entre dans la vie publique, il rencontre les attentes des opposants au régime romain. Judas se profile alors comme son fidèle lieutenant.

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr