logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"



Retour à la page du festival

Berlin 2015

Journal d'une femme de chambre

(Sélection Officielle)



Léa Seydoux © Carole Béthuel

Un film dans la bonne tradition des films historiques français, avec une étude de mœurs à la clé. Comment assurer son avenir quand on n’a rien ni personne sur qui s’appuyer ?
Il s’agit de la troisième transposition du roman éponyme d’ Octave Mirbeau, après celle de Renoir et celle de Buñuel.

Benoît Jacquot s’attache particulièrement à montrer la complexité des relations d’emprise entre humains. Si la patronne n’hésite pas à se montrer humiliante pour affirmer sa position, elle jure que Joseph, le jardinier, lui est entièrement dévoué et se jetterait au feu pour elle - alors que ce même Joseph va lui voler tout ce qu’elle a de précieux pour assurer son propre avenir.

Léa Seydoux et Vincent Lindon © Carole Béthuel

Quant à Célestine, elle ne fait pas grand cas du fait qu’un vieillard ait pris sa virginité quand elle avait 12 ans – contre une orange – mais elle sait très bien ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas, alors que les maîtres semblent les jouets de leur propre vanité.

Waltraud Verlaguet

De Benoit Jacquot

Benoit Jacquot © Berlinale 2015

France, 95 minutes

Avec : Lea Seydoux, Vincent Lindon, Clothilde Mollet, Hervé Pierre, Vincent Lacoste

Synopsis :

Au début du XXe siècle, la belle Célestine est une jeune servante qui arrive juste de Paris en province, au service de la maison Lanlaire. Elle refuse les avances pressantes de son maître et doit tenir bon sous la férule impitoyable de sa patronne. Parmi les autres domestiques il y a Joseph qui la fascine.

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr