logo

Pro-Fil

Festival Berlin 2016

www.berlinale.de



Retour à la page du festival

Fuocoammare

Fire at Sea (Feu en mer)

Le sujet n'est pas neuf : cela fait des années que débarquent sur Lampedusa, petite île italienne à mi-chemin entre la Tunisie et la Sicile, des émigrants africains comptant y trouver une entrée dans l'Eldorado européen. Mais, ici, ce documentaire de facture classique prend la dimension d'une tragédie insupportable. Il le doit, outre une actualité de plus en plus pressante, à la force d'images qui interdisent l'indifférence, et à leur confrontation justement à l'indifférence qui entoure la catastrophe humanitaire des réfugiés vers l'Europe.

G.F. Rosi entrecroise donc un reportage-choc sur les opérations de sauvetage de réfugiés en perdition au large de l'île - certaines embarcations disparaîtront sans que les secours aient pu les atteindre - avec le calme tableau d'une famille de pêcheurs de l'île pour qui, semble-til, rien ne se passe dans leur voisinage. Tantôt la caméra fouille les entrailles d'une barcasse d'où il faudra extraitre des cadavres englués de fioule, tantôt elle suit la mère préparant pour sa pasta les poissons pêchés par le mari ; tantôt la bande-son répercute les échanges radio dramatiques entre le poste de commande et les naufragés aux abois, tantôt elle égrène les messages insignifiants adressés entre habitants de l'île sur leur radio locale, la seule qu'ils écoutent... Les images de sauvetage sont souvent éclatantes : éblouissantes tenues de spationautes des opérateurs (soigneusement protégés contre les miasmes que peuvent porter les rescapés), navires militaires astiqués dans leurs recoins, bleu vif de ciel et de mer ou flashes des projecteurs nocturnes... tandis que celles de la famille sont plutôt douces, voire ternes, comme les paysages de garrigue et cailloux où le gamin et son pote promènent leurs jeux de guerriers qui doivent bâtir leur virilité...

Entre ces deux mondes séparés, le personnage du médecin de l'île, dont la rencontre qui a donné à Rosi la clé de son documentaire. Cet homme tranquille s'est trouvé devoir affronter les désastres physiques et moraux de ce déferlement de misère. « Le nombre et le temps n'y font rien, on ne peut s'accoutumer... » dit-il en substance. Plus encore que l'ampleur des moyens spectaculaires - et très insuffisants, hélas - mobilisés pour le sauvetage c'est lui, par son attitude et ses propos d'une grande humanité, qui maintient dans ce film la lueur de l'espoir malgré le cataclysme.

Jacques Vercueil

Ours d'or 66° Berlinale, prix du jury œcuménique

Italie, France 2015, 1h47

Réal. Gianfranco Rosi

documentaire

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr