logo

Pro-Fil

Festival de Berlin 2018




Accueil
Rechercher


Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier

Parmi les festivals
Liens
Contact


Mani Haghighi © Abbas Kosari

Retour vers la page du festival

Tous les articles pour Berlin 2018


Khook (Cochon*)

de Mani Haghighi, Iran 2018, 108 min. Compétition officielle

Hasan Majuni, Parinaz Izadyar © Berlinale 2018

L’interdiction de filmer est une réalité cruelle en Iran. Le réalisateur choisit de traiter sur le mode burlesque la vie de ses collègues, confrontés à l’autorité et à l’injustice, à l’interdiction de travailler et la peur d’être suspects d’une façon ou d’une autre, mais aussi à leur propre narcissisme et leurs contradictions, le tout démultiplié par les réseaux sociaux.

Les angoisses bien réelles des réalisateurs sont transformées en peur devant le tueur – dont on ne découvrira pas l’identité – ce qui permet le passe-passe de les montrer sans les politiser. L’homme-enfant qui cherche protection auprès de sa mère – qui n’a plus toute sa tête, mais qui a toute sa tête ? – est une belle image, toujours sur le mode burlesque, des fractures les plus sensibles d’un artiste. Et puis c’est quand même maman qui le sauve…

Les réseaux sociaux qui ouvrent le film – une bande de filles avec leurs portables – révèlent leur potentiel destructeur quand ils permettent de répandre une rumeur, et la pression qu’ils exercent sur quelqu’un qui a un besoin vital que son image publique lui rende justice : Hasan à la fin, entouré de cadavres, ligoté et plein de sang, pense d’abord à demander à sa fille de faire une photo de lui et de la poster sur instagram.

Synopsis : Hasan est un réalisateur interdit de travailler. Il s’est éloigné de sa femme et est amoureux d’une actrice dont il a révélé le talent et qui est une star maintenant. Mais comme il ne peut plus tourner, elle s’apprête à tourner avec quelqu’un d’autre.

Eclate une série de meurtres où des réalisateurs sont décapités les uns après les autres, avec le mot ‘cochon’ écrit sur leur front. Hasan, épargné jusqu’ici, vogue entre frustration (n’est-il pas le meilleur réalisateur ? Pourquoi le tueur ne le décapite pas ?) et peur d’être la prochaine victime.

Sa mère perd la tête et sa fille s’éloigne de lui. Son grand rival étant tué à son tour, on le suspecte, lui. Quelle idée…

Waltraud Verlaguet