logo

Pro-Fil

Festival de Berlin 2018




Accueil
Rechercher


Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier

Parmi les festivals
Liens
Contact


Philip Gröning © Berlinale 2018


Réalisation et scénario : Philip Gröning
Co-writer Sabine Timoteo
Caméra : Philip Gröning


Avec :
Josef Mattes (Robert), Julia Zange (Elena), Urs Jucker (Erich), Stefan Konarske (Adolf), Zita Aretz (Cecilia), Karolina Porcari, Daniel Zillmann, Alicia Seyding, Moritz Leu, Patrizio Wiedermann, Tom Gramez, David Zimmerschied, Vitus Zeplic

Philip Gröning
Né en 1959 à Düsseldorf. Après le bac il fait des voyages en Amérique latine, puis entreprend des études de cinéma à Munich. Encore pendant ses études, il fonde sa propre compagnie de production. Il écrit et produit tous ses films.

Filmographie :
1986 Sommer 
1992 Die Terroristen, Lion de Bronze à Venise 
2000 L'Amour, L'Argent, L'Amour 
2005 Le grand silence (Die große Stille), plusieurs prix dont le Prix spécial du jury à Sundance 
2013 Die Frau des Polizisten, Prix spécial du jury à Venise

Retour vers la page du festival

Tous les articles pour Berlin 2018


Mon frère s’appelle Robert et c’est un idiot (Mein Bruder heißt Robert und ist ein Idiot)

De Philip Gröning, Allemagne, France, Suisse 2018, 177 min. Compétition officielle

Josef Mattes, Julia Zange © Philip Gröning

On pourra dire que c’est une œuvre d'art exigeante. Ce qui signifie en clair qu’il est trop long et trop prise de tête.

Voyons le bon côté : de belles images méditatives, les vaguelettes sur le lac, un criquet, des coquelcots. La relation fusionnelle entre les deux jumeaux qui les coupe du monde. Quelques belles réflexions sur le temps. Dommage que ce soit essentiellement du Heidegger, pompeux et sans lien avec la réalité - d’accord, c’est de la philo pour le bac. D’ailleurs une des réflexions est que la réalité n’existe pas.

Jusque là ça aurait pu rester une œuvre esthétisante sur des jumeaux, sur le fait de devenir adulte, sur l’être et le temps, juste un peu long.

Mais cette perte de réalité explose à la fin, une fin absurde que rien ne justifie.

Synopsis : C’est l’été. Robert aide Elena à préparer son bac de philo. Les deux ont emmené cahiers et livres dans un champ, entouré de blé, proche d’une station d’essence où ils vont chercher de la bière et ce qui leur passe par la tête. Robert parle d’Augustin, de Brentano et de Heidegger : ‘Le Temps est l’essence de l’Etre’. Robert et Elena sont liés par certains rituels et jeux et par le goût des paris. Elena est jalouse de sa meilleure amie et veut savoir si son frère a couché avec elle, mais il ne le lui dit pas. Elle le défie : je parie que je coucherai avec quelqu’un avant mon examen. Si elle perd, il aura la Golfe VW qu’elle doit recevoir pour son bac…

Waltraud Verlaguet