logo
Retour vers l'accueil

Retour vers la page
FID 2011 du site de Pro-Fil

Au fil du FID : Coups de coeurs profiliens

L’anabase de May et Fusako Shigenobu, Masao Adachi et 27 années sans images

de Eric Baudelaire, (France 2011, 1h06)
Première mondiale - Compétition française


Autre documentaire du Festival sur l’Armée Rouge japonaise, après United Red Army de Koji Wakanatsu, et très différent du premier Adachi : Il se peut que la beauté… de Philippe Grandrieux. Alors que Grandrieux s’intéresse aux films expérimentaux, Baudelaire est un documentariste qui privilégie le contenu. Suivant la ‘théorie du paysage’ défendue par Adachi, il tente de détecter, par ses images, les indices de la violence du pouvoir dans les paysages. Il interroge Adachi qui a fait un choix, celui d’abandonner le cinéma pendant 27 ans pour s’attacher à la cause qu’il défendait. Mais dans l’interview de May Shigenobu, on constate qu’il n’y a pas eu de choix possible pour cette petite fille, née à Beyrouth, et embarquée dans la clandestinité par sa mère terroriste. Les souvenirs de May et d’Adachi, alternent et le contraste en est accentué. Ce film est un témoignage très intéressant sur l’engagement radical.

Nicole Vercueil