logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"



Retour à la page du festival

Festival Locarno 2015

No Home Movie

De Chantal Akerman- Belgique, France · 2015 · 115' – Compétition internationale

© Festival Locarno 2015

Je ne ferai pas l’affront à Chantal Ackerman de dire qu’elle ne sait pas filmer – si elle filme comme ça, c’est qu’elle a sûrement ses raisons. Mais je ne comprends pas ces raisons, j’avais l’impression de voir une mauvaise vidéo amateur : des plans longs, cadrés souvent de façon bizarre (pour ne pas dire n’importe comment), genre une porte entrouverte à travers laquelle on entend des bribes de paroles insignifiantes (« tu vas bien ? »), des plans où la mère mange, dort, tousse, des plans avec Chantal présente, d’autres de l’écran lors des rendez-vous skype (« pour montrer que les distances n’existent plus ») ; ces plans étant entourés et parfois entrecoupés de plans de désert, caméra fixe ou embarquée dans une voiture, filmant le paysage désertique qui défile.

On apprend que la mère a été déportée à Auschwitz, qu’elle s’est ensuite installée en Belgique. Que la famille a abandonné les rites juifs à la mort du grand-père. Bien. J’avoue que je reste hermétique à ce genre de document. Comme pour Arirang de Kim Ki-duk, ou Sangue de Pippo Delbono, je peux comprendre que des réalisateurs aient envie de produire ce genre de film pour guérir leurs plaies, mais je vois pas ce que le spectateur a à voir avec ça.

Waltraud Verlaguet

Parole de la réalisatrice :

«Ce film est avant tout sur ma mère, ma mère qui n’est plus. Sur cette femme arrivée en Belgique en 1938 fuyant la Pologne, les pogroms et les exactions. Cette femme qu’on ne voit que dans son appartement. Un appartement à Bruxelles. Un film sur le monde qui bouge et que ma mère ne voit pas.»

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bt. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr