logo

Pro-Fil

Festival de Sarrebruck 2018




Accueil
Rechercher


Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier

Parmi les festivals
Liens
Contact


© Made in Germany Filmproduktion

Retour vers la page du festival

Tous les articles pour Sarrebruck 2018


1000 Arten Regen zu beschreiben (1000 manière de décrire la pluie*)

d’Isa Prahl, Allemagne 2018

© Made in Germany Filmproduktion

Des couleurs tristounettes à l’image de la vie intérieure du personnage principal – qui reste invisible – expriment la poésie de la pluie que ce personnage distille sous la porte pour subvertir une réalité qui lui est insupportable. Il paraît que ce phénomène, le retrait total de la société devant la pression grandissante qu’elle exerce sur l’individu, est en train de gagner l’Europe depuis son apparition au Japon.

Le film ne questionne ni la réalité ou les motivations de ce type de réaction pour se concentrer sur les autres membres de la famille qui sont absolument impuissants, entre amour, colère, incompréhension et résignation.

Le père, soignant, se concentre sur un patient atteint d’un syndrome du locked-in et lui apporte une machine (qu’il vole) pour lui permettre de communiquer – sa position lui permet ici de forcer une communication qui semble physiquement impossible. Et la première chose que le patient lui « dit » est : « Rentre à la maison ».

La mère se cherche un fils de rechange en la personne d’un ami de son fils, rejeté par sa propre famille, mais ne se rend d’abord pas compte de l’ambiguïté qu’elle fait subir à ce garçon.

La sœur, elle, se sent complètement abandonnée, tant les parents se concentrent sur l’impossibilité de communiquer avec son frère.

Même le chien ne comprend pas et n’arrête pas de gratter à la porte.

Cette porte fermée, au centre d’un écran si large, devient une surface de projection pour toutes les émotions – et le spectre est large – autour de cette absence.

Synopsis : Depuis des semaines, la porte est fermée. Le jeune Mike s’est enfermé dans sa chambre. Père, mère et sœur sont impuissants. Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est rester devant la porte close, demander qu’il ouvre, poser des question, piquer des crises, désespérer, accuser, ignorer, espérer. Pour sauvegarder l’image de la famille intacte, ils racontent à leur entourage, que Mike est aux USA. Mais à la maison, la porte close devient peu à peu le miroir de leur propre vie.

Waltraud Verlaguet