logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"


Accueil
Rechercher
Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier
Parmi les festivals
Liens
Contact

CINEMED 2009


HARRAGAS (Les brûleurs)

de Merzak Allouach (France-Algérie)

Les statistiques sont accablantes comme l’indique le post-générique. Des milliers de morts, des milliers de disparus entre le Maghreb et l’Europe, entre l’Afrique noire et l’Espagne, entre les pays de l’ex-Yougoslavie et l’Italie.

Film épuré, sans recherche d’effets, sans pathos. La réalité montrée, non par un documentaire (impossible à faire, on imagine) mais avec une fiction qui donne, en une heure et demie, la description d’une trajectoire de passage de clandestins arabesde Mostaganem à l’Espagne. Pourquoi quitter son pays, son village, ses parents, pour aller vers ce inaccessible Eldorado ? La jeune fille (seule femme du groupe) le résume ainsi : « Je pars, parce que si je reste, je meurs. » Elle ajoute à sa mère accablée et impuissante : «  Si je pars, je meurs aussi ». Toute l’absurdité de la situation réside dans ces mots. Que faut-il pour émigrer : un passeur, une barque à moteur, un GPS (qui s’avèrera inopérant) , une boussole. Et l’envie confuse, informulée, de changer de vie !

La mer,célébrée par les poètes et aussi les cinéastes, n’est plus le symbole de liberté, mais celui d’un enfermement qui peut conduire à la prison certainement, le plus souvent à la mort . Proche de la côte (mais de quel pays ?), la barque tombe en panne. Certains (ils sont 3 de l’équipage 2 sont déjà morts noyés) se décident à se jeter à l’eau et de nager. Epuisés, ils échouent sur une plage. Pas de comité d’accueil si ce n’est deux garde-côtes.

Une voix off accompagne l’aventure, sobre, factuelle. Fin du film. Allons-nous enfin ouvrir les yeux sur ce scandale de notre monde.

Alain Le Goanvic

Archive

(Cliquer sur la flèche pour déplier la liste des articles concernant l'année en question.)


2013 Déplier/Replier