logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"


Accueil
Rechercher
Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier
Parmi les festivals
Liens
Contact

CINEMED 2013

RENCONTRE AVEC :

… MATTEO GARRONE

Pour représenter l’Italie lors de la 35ème édition du festival, le Cinemed a accueilli le réalisateur Matteo Garrone, lui a rendu hommage et lui a offert une carte blanche. Il a choisi un Buster Keaton, (Sherlock Jr), un Jean Vigo (l’Atalante), un Fellini (Huit et demi) et un Tarkovski (Andreï Roublev)

Né à Rome en 1968, d’un père critique de théâtre et d’une mère photographe, Matteo Garrone obtient le diplôme du Lycée artistique à l’âge de 18 ans. Avant de se consacrer définitivement au 7ème art, il initie son esprit créatif dans le dessin et la peinture. Agé de 25 ans, Matteo Garrone se lance dans la réalisation en commençant à travailler comme assistant-opérateur. Son premier court-métrage, Silhouette, est remarqué et il remporte le prix du Meilleur court métrage au Sacher Festival en 1996.
L’année suivante, il signe la mise en scène de son premier long métrage Terra di Mezzo, une vision très réaliste du quotidien des immigrés à Rome. C’est un succès au Festival du Cinéma Jeunes à Turin puisqu’il est lauréat du Prix Spécial du Jury et du Prix Cipputi.
En 1998, il tourne à Naples le documentaire Oreste Pipolo, fotografo di matrimoni ainsi qu’une deuxième fiction, Les Hôtes, un drame abordant le thème de l’immigration clandestine. Son succès dépasse alors les frontières, le festival de Valence lui décernant le prix du meilleur film.
Son troisième long métrage, Estate Romana, réalisé en 2000, fait partie de la sélection de la Mostra de Venise. Mais c’est en 2002 avec l’Etrange Monsieur Peppino, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes qu’il remporte un vif succès auprès de la critique et du public. Cette variation sur le thème de La Belle et la Bête décroche notamment les David de Donatello du meilleur scénario et du Meilleur second rôle.
En Italie, le jeune cinéaste devient alors celui qui incarne la relève.
En 2005, Matteo Garrone concourt pour la première fois de sa carrière au Festival de Berlin avec Primo Amore et se voit attribuer l’Ours d’Argent de la meilleure musique.
Arrive enfin Gomorra, qui s’appuie sur un livre réquisitoire de Roberto Saviano sur l’univers mafieux de la Camorra avec lequel il décroche le Grand Prix du festival de Cannes en 2008. Rappelons que Saviano, menacé de mort par la Camorra napolitaine, se cache depuis la parution de son livre qui décrit avec force les ravages culturels et sociaux que produit la mainmise de l’organisation criminelle sur la politique et l’économie.  Le film est dur, dans concession, ni « romantisation » de la violence qui part des personnages du bas de l’échelle, et est une vraie dénonciation. Le succès est énorme, le film voyagera dans le monde entier.
La dernière réalisation de Garrone est Reality (2012) une comédie dramatique inspirée d’une histoire vraie sur la participation d’un candidat à un casting d’une célèbre émission de téléréalité italienne (grand prix du festival de Cannes en 2012)

MATTEO GARONNE : Reality est à la fois un film sur la perception du réel et sur l’abandon de la réalité par un homme qui se met à plonger dans son propre monde imaginaire. Et mon travail sur ce film a consisté à rechercher un subtil équilibre entre rêve et réalité, y compris sur le plan figuratif, à explorer une forme de « réalisme magique ». Sinon, le lien entre tous mes films est la réalité, je la remets en question pour la transposer dans une dimension plus artistique, la réinterpréter.  Il n’y aucun  intérêt à la copier. Je refuse de me limiter, mais je veux rester dans le présent.

Dominique Sarda

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr