logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"


Accueil
Rechercher
Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier
Parmi les festivals
Liens
Contact

CINEMED 2013

RENCONTRE AVEC :

… Emmanuelle SEIGNER

Pour clôture sa 35ème édition, le festival Cinemed avait choisi de projeter en avant-première le dernier film de Roman Polanski La Vénus à la fourrure, en présence d’Emmanuelle Seigner, son épouse et interprète.
La petite fille de Louis Seigner tourne donc sous sa direction pour la 4ème fois, après Frantic (1988), Lune de Fiel ((1992) et La 9ème Porte (1990).

Emmanuelle Seigner : Je rêvais de retrouver Roman au cinéma dans un film sinon intimiste en tout cas qui rappelle ses films de jeunesse jusque dans les conditions de tournage… c’est d’ailleurs incroyable à quel point dans La Vénus… on retrouve ses premiers films. Je ne cessais d’y penser pendant le tournage..: il y avait la robe d’époque de Tess, le couteau de Rosemary’s Baby, le fait qu’elle le maquille dans Cul-de-sac, qu’il s’habille en femme comme dans le Locataire…il y avait plein de petits clins d’œil étonnants

Elle retrouve Mathieu Amalric 6 ans après le scaphandre et le papillon, en tête à tête dans le huis clos d’un théâtre parisien. Il est Thomas, un metteur en scène qui désespère de trouver l’interprète principale de la pièce qu’il est en train de monter : une adaptation du roman éponyme de Sacher-Masoch. Elle arrive, trempée, dégoulinante de pluie, vulgaire, bien décidée à passer l’audition…

ES : Moi, a priori, le côté pièce de théâtre me faisait hésiter. Et puis, j’ai lu le texte, et surtout l’adaptation qu’il en a faite, et j’ai adoré. Justement parce que ce n’était pas une pièce de théâtre. C’était brillant, drôle, plus burlesque que simplement comique, et avec un grand potentiel. Les retrouvailles avec Mathieu Amalric ont été un grand bonheur. Il est excellent, gentil et n’a aucun des défauts qu’on souvent les acteurs de son niveau. J’avais déjà eu ce sentiment sur Le Scaphandre… mais j’avais seulement cinq scènes avec lui, alors que là, nous ne nous quittons pas une seconde. C’est incroyable à quel point c’est agréable et stimulant de travailler avec Mathieu. Il est parfait pour le rôle. Ce qui est troublant aussi, c’est qu’il ressemble un peu à Roman.

Quant à savoir si les rapports actrice/metteur en scène ont quelque chose de sado-maso…

ES : Absolument ! Je l’ai toujours dit. Autant j’adore jouer, autant j’ai toujours eu du mal avec ce côté passif de la condition d’actrice. Etre soumise et dépendante du désir de l’autre a toujours été lourd à porter pour moi – sans doute un peu moins aujourd’hui  parce que je fais aussi de la musique et que j’y trouve ma liberté. Roman a toujours été conscient de cette dualité qui est en moi, c’était l’occasion d’en jouer. Je ne sais pas si j’oserais faire ce que fait Vanda, ni si j’oserais m’incruster comme elle mais je connais bien ce côté rebelle, cette volonté de ne pas se laisser instrumentaliser. Au fond, j’ai tout ça en moi. Certains metteurs en scène sont très durs, trop heureux d’avoir un tel pouvoir sur nous. Mais c’est quelque chose qui m’est très personnel. Il y a des actrices qui le vivent très bien.

Ce film correspond à ce que Emmanuelle Seigner souhaitait depuis longtemps : un grand rôle filmé par son mari. Malgré la difficulté d’apprendre le texte (ce qui est primordial pour Roman Polanski) dans un laps de temps très court, alors qu’elle jouait Le Retour d’Harold Pinter à l’Odéon et la sévérité de Roman Polanski lors du tournage (parce qu’elle est sa femme…), elle garde de ce tournage (fin 2012) un souvenir très fort.

ES : C’était vraiment un moment magique. C’était Noël, il neigeait, nous étions enfermés dans ce théâtre douze heures par jour, on travaillait comme des dingues mais c’était passionnant… j’avais l’impression de faire un film en bande, presque un premier film, en tout cas un film de jeunesse… j’ai adoré ce sentiment.

Un regret pour finir… la difficulté  à trouver des rôles avec d’autres metteurs en scène : le statut d’épouse de Roman n’est pas vraiment un atout…

Dominique Sarda

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr