logo   

Retour vers l'accueil

La Mostra de Venise 2012

Les critiques de Ciné-Feuilles 665, sept.2012

Les articles publiés dans le numéro 665 de la revue suisse Ciné-Feuilles ont été mises à la disposition du site de Pro-Fil pour être accessibles à un plus large public. Que nos amis suisses en soient chaleureusement remerciés.

Pour revenir à la fenêtre précédente, il suffit de fermer celle-ci.


La cinquième saison de Peter Brosens et Jessica Woodworth

Belgique/Hollande/France (C)
L’inattendu, mais redouté, se produit. Les coqs ne chantent plus et il est impossible de bouter le feu au Bonhomme Hiver comme le veut la tradition. Au printemps, aucune pollinisation ne s’opère et les vaches ne donnent plus de lait. L’été voit le nombre d’insectes augmenter sans raison apparente, alors que les arbres sèchent irrémédiablement. En automne la violence monte, le pire n’est plus à craindre, il est là. Alors – bien sûr ? –  le  plus faible, l’étranger, la jeune femme en sont les premières cibles, boucs émissaires de ces événements terribles, liés à l’exploitation de la nature et du monde, et auxquels il faut bien donner une cause. Avec grande sobriété et efficacité,  et un sens esthétique aigu (certains plans évoquent des peintures de Breughel), les réalisateurs abordent la question de l’écologie, mais sans théoriser ou donner de leçon, mais en  évoquant les drames, notamment humains,  que l’inattention ou l’indifférence pourraient engendrer. Un temps différent succèdera-t-il à ce désastre, porteur d’espoir, voire d’espérance? L’ouverture de la Passion selon St Jean de Jean-Sébastien Bach et les images angéliques qui les accompagnent peuvent suggérer que la souffrance de la création est peut-être une passion et du coup promise à un renouveau, une cinquième saison.

Serge Molla  

Retour à l'édito

Liste des films traités

parmi les films présentés
  • en compétition (C),
  • dans la sélection Orizzonti (O)
  • et hors compétition (HC)
  • et un documentaire