logo

PROtestants et FILmophiles

Festival de Locarno 2018

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du festival


Synopsis :

Sibel, 25 ans, vit avec son père et sa sœur dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Sibel est muette mais communique grâce à la langue sifflée ancestrale de la région. Rejetée par les autres habitants, elle traque sans relâche un loup qui rôderait dans la forêt voisine, objet de fantasmes et de craintes des femmes du village. C’est là que sa route croise un fugitif. Blessé, menaçant et vulnérable, il pose, pour la première fois, un regard neuf sur elle.

Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, couple franco-turc au travail comme dans la vie, réalisent des films ensemble depuis 2004. Après plusieurs courts, sélectionnés dans de nombreux festivals, et deux longs métrages, Noor (Pakistan 2012), sélectionné à l’ACID à Cannes, et Ningen (Japon 2013), présenté à Toronto, Sibel est leur troisième long métrage.

(Information du festival)

Sibel

de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti France, Allemagne, Luxembourg, Turquie, 2018, 95 min.

© Locarno 2018

Quel beau film ! Des images magnifiques au service d’une vraie histoire, d’une problématique universelle, d’un contexte particulier.

Soit un petit village au nord-est de la Turquie, Kusköy - qui signifie village des Oiseaux - où les habitants parlent une langue sifflée. La langue sifflée n’est pas un code comme le Morse mais une véritable retranscription en syllabes et en sons de la langue turque. Dès lors, on peut tout dire. Absolument tout. Surtout dans une montagne, où les téléphones portables n’ont pas de réseau et où le sifflement passe beaucoup mieux que le son de la voix.

Sibel, c’est l’histoire de toutes les exclusions. Dès qu’on est différent, on devient une menace pour la cohésion du groupe. Dans cette histoire, deux exclus se retrouvent pour se reconstituer mutuellement.

Sibel, censée chasser le loup qui empêcherait soi-disant les femmes de sortir du village – comme c’est pratique pour les hommes… - prend son rôle très au sérieux, espérant gagner l’acceptation du groupe si elle tue l’ennemi juré. Mais on ne tue pas le loup, si seulement il existe, animal totémique en même temps que menace ancestrale. Mais ne pas en avoir peur, ou plutôt savoir affronter ses peurs, libère du regard des autres – et n’est-ce pas la vraie liberté ?

Un chef d’œuvre.

Waltraud Verlaguet

Autres articles en ligne pour ce film :

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact