logo

PROtestants et FILmophiles

Festival de Locarno 2018

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du festival


Synopsis :

Tourné en Yiddish, M voyage au cœur de Bneï Brak, la capitale mondiale des haredim, les ultra-orthodoxes juifs, les ‘craignant-Dieu’ en hébreu. Cette ville, Menahem Lang y a grandi. Il y était connu pour sa gentillesse, son assiduité à l’école talmudique et surtout sa voix d’or qui a fait de lui un chantre réputé de chants liturgiques. Mais à vingt ans, il rompt avec cette vie pieuse et s’installe à Tel Aviv car l’enfant au sourire clair cachait un secret : il avait été violé pendant des années par des membres de cette communauté qui l’adulait. Menahem réussit l’exploit d’ouvrir la porte de ce monde interdit. Si c’est un retour sur les lieux du crime, c’est aussi un retour sur les lieux qu’il a aimés, un chemin initiatique parsemé de rencontres inouïes, de rituels retrouvés, une réconciliation. Comme aimantés, ceux qui ont vécu ce qu’il a vécu se révèlent, osant parler, éloignant la hantise du ’gal-gal’, ce cercle vicieux qui transforme depuis la nuit des temps les violés en violeurs.

Née à Paris, diplômée en histoire de l’art et en économie, Yolande Zauberman s’est initiée au cinéma auprès du réalisateur Amos Gitaï. En 1987, elle a signé un premier documentaire sur l’apartheid en Afrique du Sud, Classified People, récompensé de nombreux prix. Son second film, Caste Criminelle (1989), tourné en Inde, a été sélectionné à Cannes. Quatre ans plus tard, elle a réalisé sa première fiction en Yiddish : Moi Yvan, toi Abraham, qui a reçu notamment le Poisson d’Or au Festival de Moscou et le Prix de la Jeunesse à Cannes. En 2011, son film, Would You Have Sex With an Arab ?, a été présenté à Venise.

M

de Yolande Zauberman France, 2018, 105 min.

© Locarno 2018

Un film terrible ! Combien de vies détruites ainsi ? Lors des rencontres de Menahem, de plus en plus de jeunes hommes racontent comment ils ont été violés, par leurs frères, leurs pères, les rabbins et autres instructeurs. Quand ça arrive chez les prêtres, on accuse le célibat forcé. Mais les rabbins doivent se marier. Cependant le film met également en évidence à quel point leur éducation religieuse les tient dans l’ignorance de ce qu’est vraiment la sexualité. Ils ne savent pas, ne comprennent pas ce qui leur arrive. Ils suivent les préceptes de la Torah : vite fait dans le noir absolu. Donc à la place du célibat il y a ici une sexualité tronquée, honteuse. On peut au moins se poser la question dans quelle mesure il y a une relation de cause à effet.

En outre, Menahem subit une double peine : quand il raconte à son père ce que le rabbin lui a fait, son père le déclare impur et l’exclut de certains rituels. Il n’avait jamais reçu de tendresse de la part de ses parents. Sa première expérience de tendresse est auprès d’une prostituée.

Menahem veut affronter ses anciens violeurs, non pas pour les accuser, les faits sont prescrits, mais pour leur parler et faire la paix. Mais ils ne se montrent pas…

Comment se construire après ça ?

Déjà par le titre on pense à M, le Maudit. Sa conclusion était qu’il faut faire plus attention à ses enfants !

Waltraud Verlaguet

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact