Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

      Septième Ciel

                  (Wolke 9)

                  Allemagne - 2008 - 1h38

Réalisation :

Réalisation : Andreas Dresen - Scénario : A. Dresen, Cooky Ziesche, Laila Stieler, Jörg Hauschild - Photo : Michael Hammon - Son : Peter Schmidt - Montage : Jörg Hauschild - Décors : Suzanne Hopf - Production : ROMMEL FILM E.K.

Interprétation : Ursula Werner (Inge), Horst Westphal (Werner), Horst Westphal (Karl), Steffi Kuhnert (Petra)
Auteur :

Andreas Dresen est né en 1963 en Allemagne. Il travaille d'abord comme ingénieur du son puis suit une formation aux métiers du cinéma et de l'audio-visuel, de 1986 à 1991. Après avoir réalisé quelques courts métrages il réalise son premier long métrage en 1992 "Pays tranquille". Il y est question d'une troupe de théâtre est-allemande qui répète une pièce à l'automne 1989, période de la chute du Mur de Berlin. Il réalise ensuite "Rencontres nocturnes" (1998), une comédie dramatique, réaliste et sociale. Suivra "Grill point" (2001) qui remporte l'Ours d'argent au Festival de Berlin. Il y aura ensuite "Le roi de l'occase" (2004), "Un été à Berlin" (2005) - Whisky mit Wodka (2007)

Résumé :
Elle ne l'a pas cherché, c'est arrivé comme ça : des regards à la dérobée , une attirance. Et pourtant il n'était pas prévu que ça arrive. Inge a dépassé les 60 ans ; elle est marié depuis 30 ans et aime son mari. Mais Inge est attiré par cet homme plus âgé, Karl, qui a déjà 76 ans. Le coup de foudre, l'amour physique et d'un coup elle se sent comme une jeune fille.
Analyse :

On a salué, à la sortie de ce film présenté à Cannes dans la sélection "Un certain regard", le courage de montrer qu'après 60 ans on peut encore être amoureux et faire l'amour avec conviction mais aussi humour et tendresse. Et il est vrai que le réalisateur ne craint pas de montrer les ébats amoureux de Inge et Karl, qui ne ressemblent pas ceux que l'on nous montre habituellement avec des jeunes gens. Mais ce qui est le plus intéressant dans ce film c'est la mise en évidence de la jeunesse des coeurs. A tel point qu'on pourrait trouver cette histoire très "presse du coeur" : une femme tombe amoureuse d'un autre homme que son mari avec qui elle vit très agréablement depuis 30 ans. Elle succombe, en est très heureuse d'abord puis souffre de "tromper" son mari. Et malgré les conseils de sa fille à ce sujet, elle décide de tout dire à son époux pour ne plus le tromper, mais en continuant de mener sa double vie. Ce que le mari prend fort mal....
Andréas Dresen veut-il nous dire qu'à 60 ans passés on n'est pas plus raisonnable qu'à 20 ans ? Ou que le mari trompé, dans son désespoir, n'est pas raisonnable ?
Cette histoire est moins banale qu'il n'y parait car ici c'est une femme qui "trompe", femme déjà âgée. Tout est filmé avec beaucoup de discrétion et d'économie. Les acteurs sont criants de vérité et de naturel. La vie quotidienne de ces sexagénaires et septuagénaires apparaît à la fois dans ses routines et ses échappées. Et l'on voit comment Inge, submergée par la nouveauté de ce qu'elle éprouve, ne peut pas renoncer à ce qui s'offre à elle, au risque de faire un choix mortel.

Maguy Chailley