Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Backstage

( France – 2005- 1H55)

Réalisation :

Réalisation : Emmanuelle Bercot ; Scénario : Emmanuelle Bercot et Jérôme Tonnerre ; Image : Agnès Godard ; Son : Pierre-André et Jean-Pierre Laforce ; Musique : Laurent Marimbert ; Montage : Julien Leloup ; Production : Caroline Benjo et Carole Scotto

Interprétation :

Emmanuelle Seigner (Lauren) – Isild Le Besco (Lucie) – Noémie Lvovsky (Juliette)

Valéry Zeitoun (Seymour) –Samuel Benchetritt (Daniel)

Auteur :
Alors jeune diplômée de la FEMIS, Emmanuelle Bercot s’est fait connaître avec le moyen-métrage « La Puce » (1999) En 2003, premier long-métrage : « Clément ». « Backstage » est son second film.
Résumé :

Lucie, adolescente mal dans sa peau, est une fan de la grande chanteuse Lauren. Pour son anniversaire, sa mère a l’idée incroyable de faire venir Lauren à domicile, chanter sa chanson préférée. C’est une opération médiatique, car la télé est là, en force. Mais, pour Lucie, voir apparaître son idole dans sa maison, c’est excessif, c’est une intrusion, c’est un choc irréversible… Et la vie ne sera plus comme avant.
Elle va rejoindre Lauren à Paris, pour vivre près d’elle une aventure unique, corps et âme !

Analyse :

La jeune réalisatrice continue son enquête sur les troubles sexuels de l’adolescence. Dans « Clément », on assistait à l’amour passionné d’une femme de 30 ans pour un tout jeune adolescent qu’elle initiait. « La Puce » était l’histoire de la défloration d’une très jeune fille. Dans « Backstage », il s’agit d’une liaison passionnée, irrationnelle et dévorante entre deux femmes. Malgré un certain pathos un peu appuyé parfois, ce film dégage un charme vénéneux. Sans doute, sommes-nous un peu habitués à une vision critique du monde du « show biz », au pouvoir de l’argent qui corrompt les âmes. Mais, la séquence introductive (remarquable), où les médias tonitruants et impudiques participent de façon incroyable à la rencontre de deux corps exacerbés (Emmanuelle Seigner et Isild Le Besco poignantes de vérité) nous plonge dans une aventure qui est l’envers du conte de fées, en même temps qu’une description effrayante de la vie d’une star de la chanson. Nous sommes pris par le déroulement, craignant que le pire n’arrive !
Identification réciproque : les deux femmes sont fascinées l’une par l’autre. Pour un temps, elles sont complémentaires, mais toujours en équilibre instable. Lucie va prouver à Lauren qu’elle peut accomplir la plus grande générosité. Brisée et victime de la fureur médiatique, abandonnée par son amant, la star adulée est instrumentalisée par son imprésario.

Emmanuelle Bercot a remarquablement passé le cap du « premier film » ! Elle montre la passion des corps et des sentiments avec force et conviction. Il y a comme un surcroît de présence et de vie qui nous touche, nous conquiert subrepticement.

Coïncidence ou non, ce  film représentait la France dans la Sélection Officielle du Festival de Venise 2005 (hors compétition), aux côtés de « Gabrielle »de Chéreau. Deux films d’acteurs, dévorés par l’excès des sentiments, pris dans une histoire vertigineuse…

 

Alain Le Goanvic