Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

affiche

De l'autre côté

Allemagne 2007 ;  durée 2h02
Prix du jury oecuménique au Festival de Cannes 2007

Réalisation :
Scénario et réalisation : Fatih Akin. Image : Rainer Klausmann. Son : Kai lüde. Montage : Andrew Bird. Musique : Shantel. Prod. : Corazon International GMBH, Anka Film. Distr. : Pyramide
Interprétation : Tuncel Kurtiz (Ali), Nursel Köse (Yeter ), Patrycia Ziolkowska (Lotte), Hanna Schygulla (Susan), Nurgül Yesilcay (Ayten), Baki Davrak (Nejat)
Auteur :

Jeune (il est né en 1973) cinéaste allemand d'origine turque, Fatih Akin tourne en 1995 et 1996 deux courts métrages dont le succès lui permet de passer au long métrage. Il en réalisera trois en 1997, 2000 et 2002 avant de connaître la réputation internationale avec Head on, histoire des amours difficiles et violentes de deux immigrés turcs à Hambourg (Ours d'or à Berlin en 2004).
De l'autre côté a reçu le Prix du jury oecuménique au Festival de cannes 2007.

Résumé :

Ali, vieil immigré turc de Hambourg, est amant de la prostituée Yeter. Il la tue involontairement, dans un moment de colère. Son fils, Nejat, professeur d'université à Brême, ne lui pardonne pas ce geste criminel et part à Istambul à la recherche de Ayten, fille de Yeter. Dans le même temps celle-ci, activiste et repérée par la police, quitte son pays pour l'Allemagne. Elle y rencontrera Lotte, une jeune Allemande qui tombera amoureuse d'elle. Cet amour conduira Lotte de l'autre côté du Bosphore lorsque Ayten, l'asile politique lui ayant été refusé, sera reconduite en Turquie par charter. A la suite d'un drame, sa mère, Susan, l'y rejoindra. Elle y croisera Nejat, devenu libraire à Istambul.

Analyse :

Le film de Fatih Akin porte bien son titre, qui met en scène six personnages, non pas en quête d'auteur, mais à la recherche d'un (ou d'une) autre qui se trouve toujours dans l'ailleurs d'une autre ville, d'une autre frontière, d'une autre culture ou d'une autre génération. Rien de forcé dans ces trajectoires en boules de billard qui se croisent, s'entrechoquent et rebondissent sur les bandes dont le hasard cloisonne le tapis des destinées de chacun. Ce que décrit l'auteur, c'est la poignante mise en mouvement d'hommes et de femmes par les pulsions, les sentiments, les aspirations et les accidents de parcours qui tissent l'histoire humaine : l'amour, la haine, la révolte, le pardon, la mort... .
Rassemblant et unifiant dans sa scène finale tout ce faisceau de thèmes, Fatih Akin clôt son film sur une image admirable : revenu dans le village de sa famille, Nejat, assis sur la plage et face à la mer, attend que rentre le bateau qui lui ramènera son père. Ces ultimes retrouvailles, attendues, espérées, venant briser la barrière qui aura séparé pour un temps le père et le fils, résonnent comme l'accord final d'une symphonie dans une ultime affirmation : la réconciliation passe par un pas fait du côté de l'autre.

Jean Lods