Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Lady Killers

USA 2004 ; durée : 1H43

Réalisation : Joël et Ethan Coen. Scénario : Joël et Ethan Coen d'après Tueurs de dames d'Alexander Mackendrick et William Rose.
Interprétation : Tom Hanks (G. H. Dorr), Irma P. Hall (Mrs Munson), Marion Wayans (Gawain), J.K. Simmons (Pancake), Tzi Ma (le général), Ryan Hurst (Lump)
Auteur :

Depuis vingt ans (leur premier film, Blood Simple date de 1984) les frères Coen sont les auteurs de comédies volontiers cyniques, se déroulant le plus souvent dans le sud des Etats-Unis, et dont le ressort comique repose essentiellement sur l'absurde et la dérision. Parmi leurs oeuvres principales, on peut citer Barton Fink (1991) qui est à l'origine de leur succès international, Fargo (1996), The big Lebowski (1998), The man who wasn't there (2001), Intolerable Cruelty (2003).

Résumé :

Aidé de quatre complices, le soi disant professeur G.H. Dorr veut réaliser le casse du siècle : vider les caisses d'un important casino situé sur une île du Mississippi. Pour cela, il projette de creuser un  tunnel sous le fleuve à partir d'une maison  située sur la rive opposée. Maison que G.H. Dorr loue à une innocente et naïve mamma noire, Mrs Munson. Dorr et sa bande en investissent la cave, se présentant comme des musiciens qui ont besoin de ce lieu pour travailler leur spécialité : la musique de la Renaissance. Mais la mamma n'est pas si demeurée qu'ils veulent bien le croire et on sait bien que "aux innocents les mains pleines".

Analyse :

On aime ou on n'aime pas les frères Coen, leur humour grinçant, leur façon de faire des films jeux de massacre dont personne ne sort indemne. Leur crû 2004 est aussi acide que les précédents : l'humour corrosif des deux frangins  tourne à plein régime, s'appuyant sur une galerie de personnages croquignolesques, que ce soit l'irrésistible mamma noire, Mrs Munson, l'érudit et distingué escroc G.H. Dorr, ou ses quatre délirants complices, aussi variés que les instruments dont ils sont censés jouer. Le tout étant illuminé par un permanent feu d'artifice de gags comme ceux du Jésus-coucou, du dentier dans un verre, ou du chat qui s'enfuit en emportant l'index sectionné d'un de nos indécrottables gredins. Mais au delà du rire, le propos des frères Coen est grave. Film après film, ils poursuivent leur réflexion désabusée sur une humanité qui croit maîtriser son existence alors que le hasard et la fatalité décident en dernier ressort de son destin. "Tout est absurde, rien n'a de sens, semblent-ils dire, il vaut mieux en rire !"  Chez les frères Coen, l'humour est noir, comme la vision du monde.

Jean Lods