Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

La graine et le mulet

France 2h31

César 2008 : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur espoir féminin (Hafsia Herzi), meilleur scénario original

Réalisation : Scénario et réalisation : Abdellatif Kechiche ; Pathé Distribution
Interprétation : Habib Boufares, Hafsia Herzi, Faridah Benkhetache, Alice Houri
Auteur :

Abdellatif Kechiche est né en 1960 en Tunisie. Il est installé en France depuis l'âge de 5 ans. Il est l'auteur de trois longs métrages : La faute à Voltaire (2001), Lion d'or de la première oeuvre, L'Esquive (2004) couronné par quatre Césars, et La graine et le mulet (2007) qui a obtenu le Prix spécial du jury à la Mostra de Venise et le Prix de la meilleure révélation pour la jeune actrice Hafsia Herzi. Il a également obtenu le Prix Louis-Delluc.

Résumé :

Slimane, vieil ouvrier des chantiers navals de Sète est licencié. Il ne se résigne ni à un retour au bled (suggéré par ses enfants) ni à l'inactivité. Son projet d'ouvrir un restaurant de couscous dans un vieux bateau rafistolé va rencontrer de nombreux obstacles. Il sera aidé dans cette entreprise par la fille de sa compagne et par d'autres membres de sa famille....

Analyse :

Ce film est à la fois truculent et poignant. Et ce n'est pas le moindre des mérites d'Abdellatif Kechiche que de réussir à la fois à nous faire sourire, rire et pleurer. Il nous donne à voir une société de petites gens hauts en couleur, solidaires parfois, jaloux parfois, authentiques toujours. Pas d'angélisme dans sa peinture sociale, pas de noirceur absolue non plus.
Sa manière de filmer les personnages au plus près et de balayer l'espace pour aller de l'un à l'autre lors de ces échanges verbaux vifs et colorés, nous permet de rentrer physiquement dans une atmosphère à la fois intimiste et ouverte sur la vraie vie. Vraie vie faite de difficultés matérielles, de rivalités amoureuses, de désir d'avenir empêché. Nous suivons ainsi le parcours d'obstacles de Slimane auprès des différentes administrations et institutions susceptibles de l'aider dans son projet. Ce personnage peu loquace, d'une grande dignité, est escorté par sa belle fille, véritable volcan, qui donnera beaucoup de sa personne pour la réussite de ce projet.
Abdellatif Kechiche est particulièrement efficace quand il filme les conversations et les discussions de ces immigrés, installés de longue date et dont les enfants travaillent, ont contracté des mariages mixtes. Cette communauté ne semble pas ghettoïsée bien que l'establishment local ne l'accueille pas à bras ouverts....
Des réminiscences de Pagnol (la trilogie marseillaise), de De Sica (le voleur de bicyclette) traversent le film sans lourdeur. On admire le naturel de ces acteurs dont peu sont professionnels et pourtant très convaincants.
Certaines scènes nous font ressentir une impression de longueur mais c'est peut être une manière de nous faire vraiment éprouver de l'intérieur les émotions mises en scène. Quant à la durée de la scène finale elle concourt magnifiquement à la dramatisation du récit et de son dénouement. Formidable comédie sociale.

Maguy Chailley