Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

affiche

Lettres d’Iwo Jima

USA, février 2007, 2h18mn

Réalisation :
Réalisation : Clint Eastwood ; Scénario : Iris Yamashita, Paul Haggis ; Image : Tom Stern ; Montage : Joel Cox & Gary D. Roach ; Son : Dick Hansen ; Compositeur : Kyle Eastwood & Michael Stevens ; Producteurs : Clint Eastwood, Paul Lorenz, Steven Spielberg ; Distribution : Warner Bros
Interprétation : Ken Watanabe (Général Kuribayashi), Kazunari Nicomiya (Saigo), Shido Nakamura (Lieutenant Ito), Tsuyoshi Ihara (Baron Nishi), Ryo Kase (Shimizu)…
Auteur :
Clint Eastwood, né en 1930, s’est très tôt voulu acteur et musicien, mais il a d’abord dû faire la guerre de Corée. Il commence à percer avec un rôle de cow-boy dans une série télévisée, mais devient grand grâce à Sergio Leone (Pour une poignée de dollars, 1964) et ses western-spaghettis. A partir de là, il accumulera jusqu’à nos jours succès et récompenses. En 1971, il signe sa première réalisation (Un frisson dans la nuit) qui sera suivie de beaucoup d’autres. Sa carrière de grand acteur basculera progressivement vers celle de réalisateur de plus en plus admiré (dans la série de l’inspecteur Harry, Sudden Impact, 1983 et La dernière cible, 1988 ; Pale Rider, 1985 ; Bird (Charlie Parker), 1988 ; Sur la route de Madison (où il joue avec Meryl Streep), 1995, et il s’est signalé ces dernières années avec Million Dollar Baby, 2003 ; Mystic River, 2004, et en 2006 Mémoires de nos pères, film miroir des Lettres d’Iwo Jima.
Résumé :

Vers la fin de la guerre du Pacifique, les troupes japonaises installées sur l’île d’Iwo Jima – poste de défense et possible base aérienne pour des bombardements sur le Japon – s’attendent à l’attaque américaine, et découvrent peu à peu qu’elles sont sacrifiées : plus de marine japonaise, plus de forces aériennes sur l’île, pas de renforts à attendre. Un nouveau général débarque, dont le style (ouverture d’esprit et empathie) tranche fortement avec la ‘nuque raide’ des officiers traditionalistes qui le précédaient. C’est à travers les yeux d’un piou-piou de base, boulanger de son métier, pas guerrier pour un sou, que l’on assiste au terrifiant débarquement américain et à la lutte sans espoir des soldats japonais, dont les derniers survivants se lancent dans un baroud d’honneur, au sabre, contre les positions américaines.   

Analyse :

Eastwood, après avoir tourné Mémoires de nos pères consacré à la bataille d’Iwo Jima, s’est pris d’intérêt pour certains des protagonistes japonais, en particulier le Général Kuribayashi, et faute de trouver, dit-il, un cinéaste japonais pour réaliser le film sur « le côté japonais » de cette bataille, il l’a fait lui-même. Le cas est sans doute unique du même réalisateur filmant les deux versants d’une bataille. La réussite d’Eastwood est admirable.
La scénariste d’origine japonaise, l’ouvrage du fils de Kuribayashi contenant notamment les lettres écrites du front par son père, et la distribution entièrement japonaise (le film est sous-titré, en français pour nous, et en anglais pour les américains, ce qui est moins courant) aboutissent à ce que la patte du vainqueur ne se fait sentir à aucun moment. L’accent est mis sur l’expérience humaine que représente la guerre pour chacun de ses participants : de la peur, de la routine, des relations hiérarchiques, des élans humains, des raideurs, des conflits bêtes, du courage, de la nostalgie, de la révolte devant l’absurde, du patriotisme, du sadisme… Ainsi s’efface complètement le contraste américains-japonais, eux-nous, et est donnée, grâce à quelques personnages hors du commun – Kuribayashi, son ami Nishi le cavalier médaillé olympique – une leçon impressionnante d’humanité et d’intelligence. Sur le plan formel, le décor sinistre de cette île au sable noir, où bientôt tous se terrent dans les cavernes qu’ils ont creusées, n’est éclairé que par les fulgurances orangées des lance-flammes et des explosions d’obus, qui rendent encore plus sanglant le flamboiement de la violence quand elle se déchaîne sur ces condamnés.
(J. Vercueil )