Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Le voyage du ballon rouge

France 2007 1h53

Réalisation :
Réalisation : Hou Hsiao Hsien - Scénario et dialogues : Hhou Hsiao Hsien, François Margolin - Photo : Yorick Lesaux, Mark Lee Ping Bing - Décor : Paul Fayard - Son : Shih Yi Chu, Jean-Daniel Beccache - Montage : Jean-Christophe Hym, Ching Sung Liao - Production : MARGO FILMS - Les Films du Lendemain
Interprétation : Song Fang, Juliette Binoche, Simon Iteanu, Hyppolite Girardot, Louise Margolin.
Auteur :

Hou Hsiao Hsien est de nationalité taiwanaise. Il est né le 8 avril 1947 à Meixian (Chine). Depuis son premier long métrage "Cute Girls" en 1980, il a réalisé 15 films dont "Le maître de marionnettes" (1993), "Millenium Mambo" (2001), "Three Times" (2005). Son dernier film "Le voyage du ballon rouge" résulte d'un projet de commandes à divers cinéastes initié par le producteur François Margolin et le Musée d'Orsay : tourner un film sur la capitale et ses habitants où apparaisse ce musée.

Résumé :

Simon a sept ans. Sa maman Suzanne est débordée. Entre ses spectacles de marionnettes, ses cours à l’université et son enfant qu’elle élève seule, elle n’a pas une minute à elle. La baby-sitter de Simon est taiwanaise, elle étudie le cinéma à Paris. Simon a aussi un étrange ami qui le suit partout et qu’il est le seul à voir : un ballon rouge qui flotte au-dessus des toits de Paris...

Analyse :

La référence au film de Lamorisse "Ballon rouge", moyen métrage qui date de 1956, suffit-elle à faire de ce film une réussite ? Evidemment non. Certes il ne s'agit pas d'un plagiat ni d'une parodie mais seulement d'un emprunt ou d'une source d'inspiration. Ce ballon rouge qui suit le petit Simon du début à la fin du récit devrait le faire entrer dans le rêve comme il devrait nous faire entrer, nous aussi, dans le rêve. Entrée dans le rêve d'autant plus souhaitable que, par ailleurs, la présence stressée de la mère de Simon (jouée avec beaucoup de talent par Juliette Binoche) nous en éloigne. En nous associant en permanence et de manière prégnante à ses soucis professionnels, amoureux, de voisinage, le réalisateur nous empêche de franchir la limite qui sépare l'univers quotidien de celui où Simon cherche à se réfugier. Ce dernier nage entre deux eaux, effet produit par un parti pris de tout filmer avec des effets de reflets dans des vitrages divers. La présence à ses côtés de la baby-sitter taiwanaise et étudiante en cinéma introduit une autre orientation par l'ébauche d'une réflexion sur le cinéma. Mais cela reste à l'état d'ébauche.
Par ailleurs, Hou Hsiao Hsien a fait de Suzanne une actrice qui fait les voix des marionnettes dans un spectacle s'inscrivant dans cette tradition chinoise. On regrette que ce clin d'oeil à son film "Le maître de marionnettes" ne nous donne pas plus de clefs pour entrer dans cet art relevant d'une autre culture.
Ce film de commande (il y aura donc une scène qui se passera au Musée d'Orsay) lance plusieurs pistes mais, de ce fait manque d'unité.

Maguy Chailley