Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Mean Creek

Etats-Unis- 2003

Réalisation : Jacob Estes ; Image : Sharone Meier ; Montage : Madeleine Gavin ; Musique : Tomandandy ; Distribution : Metropolitan Filmexport
Interprétation : Riry Culkin, Ryan Kelley, Carly Shroeder
Auteur :

Jacob Estes signe ici son premier long métrage. Il a commencé à écrire et à réaliser alors qu'il était encore étudiant à l'Université de Californie. Diplômé de l'American Film Institute, il a déjà réalisé deux courts métrage : Positive (1997) et Summoring. Mean Creek a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et concourait pour la Caméra d'or.

Résumé :

Un groupe d'adolescents embarque sur une rivière de l'Oregon pour fêter l'anniversaire de l'un d'entre eux. Mais à cette aimable fête se mêle un désir de vengeance vis-à-vis de l'un d'entre eux qui s'en prend facilement à des camarades plus faibles. Ce projet de règlement de compte tournera mal et divisera le groupe face à la conduite à tenir.

Analyse :

Nous ne sommes pas habitués à voir des films présentant des adolescents en proie à un débat intérieur au sujet de leur responsabilité. De ce point de vue "Mean Creek" nous apparaît comme l'anti "Elephant". Ces 5 jeunes parlent, discutent, et expriment leurs doutes quant à leurs actes et leurs décisions. Georges, le sixième, qui sera finalement leur victime, nous est présenté sous plusieurs facettes. S'il est bien ce jeune obèse qui s'en prend brutalement à certains de ses camarades sous des prétextes futiles, il est aussi cet être solitaire auquel sa caméra sert de confidente pour dire ce qu'il a en lui, ce qu'il ressent et est invisible pour les autres. A l'issue du film nous savons que certains accepteront d'assumer leur responsabilité dans ce qui s'est passé.
La quasi absence de personnages adultes et de parents fait penser à "Elephant". Mais l'esthétique du film est totalement à l'opposé, par un grand classicisme dans la mise en scène et le montage. Ce qui en est peut-être la faiblesse heureusement compensée par un très bon jeu d'acteurs.

Maguy Chailley