Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Mon petit doigt m'a dit

D'après l'œuvre d'Agatha Christie : "By the Pricking of my Thumb"
France, 2005, durée : 1 h 45

Réalisation : Réalisateur : Pascal Thomas ; Scénaristes : François Caviglioli, Nathalie Lafaurie, Pascal Thomas ; Musique : Reinhardt Wagner ; Directeur de la photographie : Renan Pollès. Production : Ah ! Victoria ! films
Interprétation : Catherine Frot (Prudence Beresford) - André Dussolier (Bélisaire Beresford) - Geneviève Bujold (Rose Evangelista) - Laurent Terzieff (maître Anet) - Valérie Kaprisky (Mlle Blayes) - Bernard Verley (le général).
Auteur :

Pascal Thomas, né en 1945, auteur (à éclipses) de comédies de caractères. Se fait connaître par "Les zozos" en 1972, suivi de "Pleure pas la bouche pleine" en 1973 et "Le chaud lapin" en 1975, avec Bernard Ménez. En 1981 "Celles qu'on n'a pas eues", en 1989 "Les maris, les femmes, les amants", enfin "La dilettante" avec Catherine Frot en 1999. Ses films, sans être vraiment autobiographiques, s'intéressent aux tranches d'âge qu'il parcourt lui-même.

Résumé :

Bélisaire Beresford travaille pour la sécurité de ses concitoyens, mais quand la mortalité augmente dans une maison de retraite, quand une dame disparaît, quand un tableau transmis évoque une maison mystérieuse, c'est Prudence, sa femme, qui s'alarme et prend l'affaire en main. Car elle est, aux dires mêmes de son mari, curieuse, inventive, intuitive, et a un atout majeur … son petit doigt.

Analyse :

Le film adapte un roman d'Agatha Christie. C'est une comédie policière qui nous égare un peu (est-ce volontaire ?) dans ses intrigues à tiroirs, mais l'essentiel n'est pas là, le spectateur le sent. Il suit Prudence, la mal nommée, dans les pérégrinations de son enquête, et il ne la suivrait d'ailleurs que pour la splendeur des lacs et montagnes ensoleillés de Savoie. Mais, de même que sous la lune les paysages deviennent mystérieux et vaguement inquiétants, de même des apparences lisses peuvent cacher des secrets : Prudence, qui a le don de les flairer, ira de mondes étranges, voire féeriques, en réalités effrayantes ou sinistres.
On suit aussi, peut-être avec moins d'entrain, Bélisaire dans le milieu du renseignement et de la sécurité, ici burlesque, mais l'harmonie du couple (qui s'exprime lyriquement dans un air de Bizet qui aura son importance) est réjouissante. Comme est réjouissant le portrait de Prudence en grand-mère légèrement indigne.
C'est l'humour qui domine et relie les genres, la drôlerie du film tient surtout à ses dialogues et à l'interprétation de Catherine Frot et André Dussolier. Les seconds rôles sont tenus par de brillants acteurs, connus (dont Pierre Lescure !)
Les fidèles d'Agatha Christie crieront-ils à la "délocalisation" sacrilège ? L'adaptation du roman dans la France contemporaine nous a semblé réussie. La réalisation qui apporte beaucoup de soin à la musique et aux éclairages ne se veut pas novatrice. On ne peut que recommander ce divertissement pour tout public, parsemé de clins d'œil à l'adresse des cinéphiles.

Christine Champeaux