Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Mystic River

Etats-Unis 2003 ; 2h07

Sélection Officielle, en compétition au festival de Cannes 2003

Interdit aux moins de 12 ans

Réalisation :

Réalisation : Clint Eastwood ; Scénario : Brian Helgeland d'après le roman "Mystic river" de : Dennis Lehane ; Directeur de la photographie : Tom Stern ;Musique : Clint Eastwood

 
Interprétation : Sean Penn, Tim Robbins, Kevin Bacon, Laurence Fishburne, Marcia Gay Harden, Laura Linney, ...
Auteur : Clint Eastwood réalise ici son 23ème film. Mais, à plus de 70 ans, il a participé à 45 films. Le scénariste Brian Helgeland a de son côté réalisé le film CHEVALIER (2001) avec Heath Ledger, et PAYBACK (1999) avec Mel Gibson. Il a également écrit le scénario de CREANCE DE SANG, le précédent film de Clint Eastwood.
Résumé :

Un jour de 1973, Sean Devine, Dave Boyle et Jimmy Markum, 12 ans, jouent devant chez eux. Ce jour-là, deux hommes enlèvent Dave sous les yeux de ses deux amis. Il s'échappera quatre jours plus tard, abusé sexuellement, abîmé à vie. On retrouve ces personnages 25 ans plus tard. Les trois hommes habitent toujours le même quartier et leurs vies ont pris des chemins différents. Le meurtre de la fille aînée de Jimmy les rapproche car c'est Sean, devenu policier, qui est chargé de l'enquête et Dave qui est bientôt soupçonné du meurtre. L'enquête progresse lentement, au gré des découvertes faites par Sean et de la propre enquête que mène Jimmy, décidé à venger la mort de sa fille.

Analyse :

Les films de Clint Eastwood se suivent et ne se ressemblent pas. Ici, pas de vieux flic désabusé mais des histoires de famille et surtout des pères avec leurs enfants. A travers l'enquête policière autour du meurtre de la fille d'un des héros, c'est toute la difficulté de vivre avec ses blessures, passées et présentes, qui est évoquée. C'est aussi l'immense amour que les pères portent à leur progéniture qui donne sa force au film. Le chagrin de ces quadragénaires, la vie qui continue malgré tout, tout cela est merveilleusement rendu, notamment grâce à une interprétation parfaite, qu'il s'agisse de Sean Penn, de Kevin Bacon ou de Tim Robbins.
Le film, tourné en cinémascope abuse peut-être des contre-plongées qui rendent les scènes intimistes un peu grandiloquentes mais le résultat, tout en clair-obscur, est parfaitement réussi. La fin du film, qui montre le Boston des quartiers populaires lavés par la pluie, offre comme une vision purifiée des Etats-Unis.

(Maguy Chailley Profil)