Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

NE TE RETOURNE PAS

(France - 1h51)

Réalisation : Marina De Van - Scénario et dialogues : Marina De Van, Jacques Akchoti - Image : Dominique Colin - Son : Carlos Thoss, Marc Bastien, Thomas Gauder - Montage : Mike Fromentin FDB - Décor : Véronique Sacrez - Musique : Luc Rollinger - Production : Ex Nihilo, Wild Bunch - Distribution : Wild Bunch
Interprétation : Sophie Marceau (Jeanne), Monica Belluci (Jeanne), Andrea Di Stefano (Teo/Gianni), Thierry Neuvic (Teo 2), Brigitte Catillon (Nadia 1), Sylvie Granotier (Nadia 2)
Auteur :

Marina De Van est née en 1971, elle est de nationalité française. Son premier film : Dans ma peau (2002) évoque et décrit les transformations et mutilations que déclenche une femme sur son corps. Le présent film a été présenté au Festival de Cannes en 2009 - Sélection Officielle hors compétition.

Résumé :

Jeanne, plongée dans l’écriture d’un premier roman, constate des changements mystérieux autour d’elle et voit son corps se transformer. Son entourage ne semble pas s’en apercevoir. Troublée, elle découvre chez sa mère une photographie qui la met sur la trace d’une femme, en Italie. Jeanne, désormais transformée, y trouvera la clé d’un étrange passé...

Analyse :

Le cinéma a le privilège de nous montrer des choses qui sont totalement éloignées de notre perception habituelle. L’idée du scénario est séduisante : comment une petite italienne, brune, au visage de madone de la Renaissance, confiée par sa mère à des parents français, va intégrer (en devenant adulte) le physique et la personnalité d’une petite française, blonde aux yeux clairs, morte dans un accident de voiture ! Quelque 30 ans après, Jeanne (Sophie Marceau) va redécouvrir sa personnalité d’origine et se transformer en Jeanne (Monica Bellucci). Ce n’est pas que de la confusion mentale de la part de Jeanne, même si elle est déçue et troublée de ne pouvoir faire accepter le roman de son enfance. La réalisatrice nous montre avec beaucoup de brio comment la transformation physique va s’opérer. Les deux actrices sont belles, ressemblantes et différentes. Le spectateur est livré à sa rêverie, en même temps qu’il est confronté au grand problème philosophique de la perception. Lui, il voit ce que les proches de Jeanne ne voient pas ! On pense à cet autre film qui aborde de manière différente ce sujet -là : La moustache (Emmanuel Carrère -2005).
«Je est un(e) autre». Qui est la vraie Jeanne ? Le film décrit donc- en compagnie de Monica Belluci- la longue remontée du temps qui permettra à Jeanne d’abandonner sa personnalité « empruntée » à une autre, et par là même pouvoir écrire le vrai roman de sa vie ! Quelques moments du film relèvent du fantastique, et procurent des frissons, surtout pendant la première moitié du film, car le monde ressenti par Jeanne devient de plus en plus étrange…Son mari, sa mère changent de visage. Ils sont autres, bien que très ressemblants.
Il faut bien dire que la mise en scène était assez risquée, mais les deux actrices, aidées par quelques effets spéciaux, s’en sortent très bien.

Alain LeGoanvic