Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

affiche

Une vérité qui dérange

documentaire USA 2006 ; durée : 1H38

Réalisation :
Réalisation : Davis Guggenheim ; Image : Davis Guggenheim, Bob Richman ; Montage : Jay Cassidy ; Prod. : Paramount classics ; Distr. : United international pictures.
Interprétation :  
Auteur :
Licencié de la Brown University, Davis Guggenheim, après avoir tourné le long métrage Fausses rumeurs pour la Warner Bross et produit et réalisé des séries pour la télévision, s'est lancé en 1999 dans le documentaire avec un dyptique ambitieux sur l'entrée d'enseignants novices dans la vie professionnelle : The First Year et The Teach. Il a également signé, entre autres documentaires : Norton Simon : A Man and his Art et JFK and the Imprisoned Child.
Résumé :

Après son échec à l'élection présidentielle, le candidat démocrate Al Gore s'est reconverti en commis voyageur de défense de la planète, allant de continent en continent pour présenter une conférence (véritable show multimédia) alertant le monde sur les dangers du réchauffement climatique. Le film de Davis Guggenheim le suit dans son engagement, et alterne les images de la tournée, celles de la conférence, et des séquences visant à faire mieux connaître ce conférencier particulier.

Analyse :
En fiction, cette structure de scénario est classique : une bombe est déposée au coeur d'une foule, sa minuterie enclenchée ; loin de là, informé de la catastrophe inéluctable, un homme s'efforce d'arriver avant la fin du compte à rebours et de désamorcer l'engin.
Ici, on n'est pas dans la fiction mais dans la réalité la plus inquiétante : la bombe c'est le réchauffement climatique ; celui qui l'a posée et a programmé sa mise à feu, c'est l'homme ; il en sera lui-même la victime. Quant au temps qui reste pour stopper la machine infernale avant qu'il ne soit trop tard : cinq à dix ans, affirme Al Gore dans ce film dont la suite du scénario appartient à l'avenir et est à écrire par les Terriens.
La conférence qu'il promène ainsi de pays en pays (et qu'il a déjà présentée plus de mille fois) apporte une argumentation sans failles à la cause qu'il défend. S'y succèdent des données scientifiques montrant l'emballement du taux de CO2 et de la température au cours des quinze dernières années, des analyses sur les conséquences de ce réchauffement, des reportages sur les dégradations déjà causées à la planète, des simulations de l'avenir à court terme si rien ne change... Sorte de Jonas moderne, Al Gore crie contre une Ninive planétaire qui refuse de faire face à une vérité qui dérange. Mais pas de panique et pas de scénario catastrophe : le déni est en train de céder, assure-t-il, et il existe des solutions. "Une seule chose manque encore, la volonté politique, mais c'est une énergie renouvelable !" (Jean Lods)