Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Femmes du Caire

(Egypte - 2009 - 2h15)

Réalisation : Yousry Nasrallah . Scénario : Waheed Hamed - Distribution : Pyramide Distribution.
Interprétation : Mona Zaki, Mahmoud Hemida, Hassan El Raddad, Nahed El Sebaï
Auteur :

Yousry Nasrallah, né en 1952 au Caire. Il entre en 1973 à l'institut de cinéma du Caire. Il a d'abord collaboré avec Youssef Chahine comme assistant puis co-scénariste. En 1994 réalise deux courts métrages (Le figurant et Une journée avec Youssef). Son premier long-métrage Vols d'été (1987), présenté à Cannes dans "La semaine de la critique" a largement contribué à la renaissance du cinéma égyptien. Il est l'auteur d'un documentaire émouvant sur la jeunesse égyptienne A propos des garçons et des filles et du voile (1995). Son film La Ville (Al Médina) tourné en 1999 obtient le prix du public au 10° Festival du cinéma africain de Milan.

Résumé :

Le Caire, de nos jours, Hebba est animatrice de télévision. Elle présente une émission politique à succès sur une chaîne privée. Son mari, Karim, est rédacteur en chef adjoint d'un journal appartenant au gouvernement et ambitionne d'en devenir rédacteur en chef. Des personnalités du parti au pouvoir le persuadent que l'émission présentée par sa femme lui porte tort et mette en péril sa nomination....

Analyse :

Le cauchemar d'Hedda, en début de film, nous fait comprendre que sa vie actuelle est un enfermement. Mais par rapport à quoi ? Puisqu'elle est belle, riche, moderne, a un mari qui la désire, un bel appartement, un métier qui lui plait. C'est peu à peu que nous nous enfoncerons avec elle dans d'autres vies qui l'aideront à voir plus clair sur sa propre existence. Et c'est Karim lui-même qui, par son insistance à la faire renoncer à son émission politique, va l'amener à s'orienter vers d'autres sujets apparemment plus anodins, en réalité tout aussi explosifs. A la suite de la remarque faite par une vendeuse de magasin chic, lui reprochant de ne pas connaître la réalité, elle décide de s'intéresser à des femmes "réelles" qu'elle invite à témoigner à la télévision. Le destin de ces femmes va lui révéler, va nous révéler, une société égyptienne où l'oppression vis-à-vis du "sexe faible" prend des formes variées et ce, dans tous les milieux. Le titre original "Shérazade, dis-moi ton histoire" rend bien compte de la construction du film : trois récits personnels successifs (avec de nombreux flash-backs) sur un plateau de télévision face à Hedda qui découvre en effet des univers auxquels elle n'appartient pas. Mais est-ce si sûr ? Une des habiletés du film est d'entremêler la présentation de ces histoires au déroulement de l'histoire personnelle d'Hedda qui va de plus en plus s'en rapprocher. Film féministe certes mais aussi et surtout film politique car les sphères du pouvoir sont visées à travers la plupart des personnages masculins.

(Maguy Chailley)