Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

L'Imaginarium du Docteur Parnassus

(France / Canada, 2009, 2h02)

Réalisation : Terry Gilliam - Scénario: Terry Gilliam et Charles McKeown -Distribution : Metropolitan FilmExport
Interprétation : Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrell
Auteur :

Terry Gillian est né en 1940 aux Etats-Unis. Il a été naturalisé anglais en 1968 avant de renoncer à la nationalité américaine en 2006. Après des études de sciences politiques à Los Angeles, il travaille à New-York comme illustrateur et directeur artistique de magazine. En 1969 il rejoint la troupe des Monty Python et participe à la série télé du même nom, comme acteur et comme auteur des animations et collages loufoques. Il se lance ensuite dans la réalisation de ses propres films, parmi lesquels "Brazil" (1985), "Les aventures du baron Münchhausen" (1988), "Les frères Grimm" (2005)...... Tout comme ceux de Tim Burton, les films de Terry Gilliam se distinguent par la création d'un univers poétique - narratif et visuel - singulier, à l'esthétique très soignée.

Résumé :

Une troupe de théâtre ambulant propose aux spectateurs de « passer à travers le miroir ». Les avis du public divergent: s'agit-il d'un magicien ou d'un charlatan? Ceux qui se risquent à l'aventure, se voient alors entraînés dans le monde de leur propre imagination. Tout y est apparemment possible, sauf que chacun doit faire des choix. Ce thème se double de celui du pacte avec le diable, contracté par le docteur Parnassus, ayant promis, voici plusieurs siècles, de remettre au diable son enfant premier né dès que celui-ci atteindrait l'âge de 16 ans. Or, la fille du docteur Parnassus aura bientôt 16 ans. Une course contre la montre s'engage.

Analyse :

Le pacte diabolique est un élément mythologique bien connu. L'immortalité, la jeunesse, le plaisir de vivre: que sommes-nous prêts à donner en échange pour les obtenir et les garder ? Contrairement au docteur Faust, dont Parnassus partage le titre académique, c'est ici l'amour paternel qui remet en question la promesse faite au diable. Mais comment sauver une âme ? C'est alors la métaphore du miroir qui propose un début de réponse: si chacun doit faire ses propres choix et en assumer les conséquences, on peut (peut-on ?) rejoindre l'autre dans son imaginaire à lui et l'y accompagner pour l'aider à faire le bon choix. Cette thématique du choix existentiel est souvent mis en relation au cinéma avec l'existence de mondes parallèles. Mais le traitement est ici bien moins manichéen et simplificateur qu'on aurait pu le craindre. La mort prématurée de l'acteur Heath Ledger avait mis en péril l'issue du film. Mais alors, Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrell ont accepté de sauter dans la brèche. Terry Gilliam a modifié son scénario de telle sorte que le rôle tenu par Heath Ledger « de l'autre côté du miroir » soit joué chaque fois par un autre personnage, introduisant ainsi une note judicieuse dans la façon de répondre à la question comment rejoindre l'autre: non seulement il faut le suivre dans son imaginaire, mais il faut encore se couler dans ses attentes à lui pour l'atteindre.

(Waltraud Verlaguet)