Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Le Tsar (Tzar)

Russie, 2009, Durée : 1 h 56

Réalisation : scénario, dialogues et production : Pavel Lounguine , Directeur de la photographie : Tom Stern, Compositeur : Iouri Krassavine, Distribution internationale : Rezo Films
Interprétation : Piotr Mamonov (Ivan le Terrible), Youri Kuznetzov (Maluta Skuratov), Oleg Yankovsky (Filipp), Alexandre Domogarov (Alexeï Basmanov), Alexeï Makarov (Ivan Kolytchev), Ivan Okhlobystine (Bassian), Ramilia Iskander (Maria Temrioukova), Anastassia Dontsova (Macha), Alexandre Ilyine (Fedka Basmanov), Oleg Sokolov (Serafim)
Auteur :

Après des études de mathématiques et de linguistique, Pavel Lounguine intègre l'école de cinéma de Moscou en 1970. Avec Taxi Blues en 1990, sélectionné à Cannes la même année, il commence à disséquer avec méthode la société russe, alors en pleine mutation avec la chute de l'empire soviétique. L'auteur s'installe en France où il réalise plusieurs documentaires pour la télévision, dont un sur Nice, un autre sur le poète russe Vladimir Maïakovski, ainsi que Goulag sur l'univers des prisons.
Suivent les fictions Luna Park, Ligne de vie, Un nouveau Russe, La Noce et Familles à vendre, traitant successivement de plusieurs thèmes de société: du nationalisme, de la montée de la mafia et du capitalisme corrompu, mais aussi des valeurs familiales. Avec L' Ile (2006), le réalisateur traite déjà de mysticisme et de spiritualité, thèmes qu'il continue d'explorer avec Tzar, en 2009, confrontation du pouvoir et de la religion.

Résumé :

En 1565, Ivan le Terrible, tsar de Russie, subit une défaite militaire cuisante contre la Pologne. Paranoïaque, se sentant inspiré d'une mission divine, il voit la trahison partout. Il crée une garde personnelle, 'les Chiens du tsar', pour lutter contre les supposés traîtres. Leur signe de reconnaissance est une tête de chien accrochée à leur selle. Ils plongent la Russie dans un bain de sang.
Le métropolite, chef de l'Eglise russe, devant le désastre, se réfugie dans un monastère. Ivan le Terrible croyant comprendre et interpréter les signes, voit le Jugement dernier approcher. Il envoie alors chercher Filipp, son ami d'enfance, supérieur du monastère des îles Solovki, et le sacre métropolite. Ce dernier, tente de sauver les innocents de la cruauté du tsar. S'affrontent alors deux visions du monde farouchement opposées sur tous les points.

Analyse :

On sort atterré de ce film qui mélange grandiose et fureur, beauté et cruauté, réalité et folie religieuse. Tom Stern, le directeur de la photographie a réussi à donner une authenticité quasi-documentaire au récit. L'acteur Piotr Mamonov collabore ici pour la troisième fois avec Pavel Lounguine après Taxi Blues et L' Ile. Il arrive magnifiquement à incarner cet inquiétant personnage d'Ivan le terrible. Celui-ci, profondément tourmenté, projette son angoisse sur son entourage qu'il décime à mesure que ses démons intérieurs se font plus menaçant. Pavel Lounguine arrive à faire participer le spectateur au combat intérieur du tyran, au bain de sang de son âme dévastant toute humanité sous le glaive du pouvoir. Car c'est bien ce dernier qui pervertit le moindre sentiment humain, y compris la spiritualité pourtant profonde d'Ivan qui se change du coup en mystique de la destruction - jusqu'à ce que le tsar, à la fin du film, devant un spectacle de "tortures magnifiques" se trouve seul et se demande : "mais où est donc mon peuple?"
Question: est-ce que le pouvoir corrompt nécessairement toute humanité ? En tout cas, notre histoire semble bien marquée par de grands psychopathes.

(Waltraud Verlaguet)