Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Tournée

(France - 2010 - 1h51)

Réalisation : Mathieu Amalric - Scénario et dialogues : Mathieu Amalric, Philippe Di Folco, Marcello Novalis Teles - Photo : Christophe Beaucarne - Décor : Stéphane Taillasson - Montage : Annette Dutertre - Son : Olivier Mauvezin - Production : Les films du poisson
Interprétation : Mathieu Amalric, Mimi Le Meaux, Kitten on the keys, Dirty Martini, Evie Lovelle, Roky Roulette, Julie Atlas Muz,
Auteur :

né en 1965 à Neuilly sur Seine, Mathieu Amalric est tout autant connu si ce n'est plus comme acteur que comme réalisateur. En particulier il a beaucoup tourné pour Arnaud Desplechin. "Tournée" est son quatrième long-métrage après "Mange ta soupe " (1997) "Le stade de Wimbledon" ( 2000), "La chose publique" (2002). Présenté à Cannes en compétition officielle, "Tournée" a obtenu le prix de la mise en scène.

Résumé :

Joachim Zand, un ex-producteur parisien de spectacles, parti outre-atlantique après des échecs en France, fait son come-back avec une troupe de filles du New Burlesque : du strip-tease haut en couleurs sur les routes de France ! Il a promis à sa troupe une salle à Paris et, au cours de la tournée en province, il continue à se battre pour tenir sa promesse.

Analyse :

Lointainement inspiré par l'oeuvre de Colette (L'envers du music-hall) où elle parlait de sa vie de comédienne en tournée, ce film aborde aussi d'autres sujets. En particulier le portrait d’un homme de télévision sur le déclin, rêvant de retrouver ses gloires anciennes. Un tel tableau a déjà été brossé dans Quand j'étais chanteur de Xavier Giannoli, mais avec beaucoup moins de noirceur et plus de tendresse. On y trouve aussi la description d’une micro-société féminine qui assume son corps comme objet sexuel . Ou encore la misère culturelle de la province française qui n’a pour se distraire que ces shows dérisoires. Ces différents thèmes sont présents lors de la "tournée" effectuée par Joachim et sa troupe. Ces femmes dont on voit au fur et à mesure qu’avance le film quelques numéros de strip-tease ont une faible épaisseur humaine alors qu'elles ont par ailleurs une belle épaisseur physique. Mais c'est un des mérites de ce film de montrer comment elles assument une plastique corporelle bien éloignée des canons habituels de la mode. Joachim est un loser dont la médiocrité fait même pitié à ses deux jeunes enfants, nettement plus matures que lui. Le monde du spectacle est présenté sous ses aspects les plus dérisoires et cruels. Cette vie errante de noctambules, d’hôtel en hôtel, de "casino" en boîte de nuit laisse un goût amer de misère affective. L'ébauche d'une relation amoureuse entre Joachim et l'une des femmes du groupe ne suffit pas à nous faire sortir de ce marasme. Joachim lui-même semble ne plus y croire et ne plus supporter cette vie errante, lui qui réclame sans cesse qu’on coupe la musique, dans tous les lieux où il passe. La performance d’acteur de Mathieu Amalric est à saluer, même si on regrette qu’il ne rende pas plus attachant son personnage.

(Maguy Chailley)