Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Chez nous

(France Belgique - 1h58 - 1h58)

Réalisation : Lucas Belvaux - Scénario : Lucas Belvaux et Jerôme Leroy, auteur de Le Bloc (2011) - Montage : Ludo Troch - Musique : Frédéric Vercheval - Production : David Frenkel, Patrick Quinet - Distribution France : Le Pacte
Interprétation : Emilie Dequenne (Pauline Duhez), André Dussollier (Philippe Berthier), Guillaume Bouix (Stéphane), Catherine Jacob (Agnès Dorgelle), Anne Marivin (Nathalie), Patrick Descamps (père de Pauline), Charlotte Talpaert (Nadia), Stéphane Caillard (Victoire)
Auteur :

Acteur et réalisateur belge né en 1961 à Namur, Lucas Belvaux a notamment réalisé la trilogie Un couple épatant, Cavale, Après la vie (2003), Rapt (2009, sur l’affaire Empain) et 38 témoins. Il avait été révélé comme acteur par Yves Boisset dans Allons z’enfants et Claude Chabrol dans Poulet au vinaigre

Résumé :

Entre Lille et Lens, à ‘Hénard’ (pour Hénin-Beaumont), le parti Bloc patriotique, dirigé par Agnès Dorgelle, une blonde charismatique qui a succédé à son père, parvient à recruter une infirmière et mère de famille très respectée, Pauline Duhez. Celle-ci conduira la liste des municipales avec Agnès. Lucas Belvaux dénonce la manière d’agir des membres du Front national, tandis que son héroïne découvre la violence, des pressions et de double langage.  

Analyse :



Réalisateur engagé, cherchant à démonter l’entreprise de  dédiabilisation du Front National ? Lucas Belvaux a sorti son film, en pleine campagne pour la présidentielle française, « pour les citoyens qui réfléchissent avant de voter », en prévenant que « le vote d’extrême-droite n’a jamais profité aux classes populaires ». Le Bloc patriotique de Chez nous  affirme défendre les intérêts du peuple mais son représentant à Hénard , le bon docteur Berthier (Dussolier, magnifique), dit platement : « le programme, on n’en a rien à foutre ». Le titre est emprunté aux slogans scandés par les militants dans les meetings : ‘On est chez nous !’. Bien agencé, le scénario raconte comment une simple citoyenne, très éloignée de toute politique mais devant affronter chaque jour un tas de problèmes dans son métier comme dans sa vie personnelle, est amenée à se rapprocher d’un parti populiste dont elle va vite détester les méthodes. Le film peint avec une certaine tendresse les paysages du Nord frontalier de la Belgique et les anciens corons tout en ayant beaucoup de rythme. Rémy Belvaux fait monter l’angoisse du spectateur devant la manipulation qui entoure la militante, honnête mais naïve, jouée avec finesse par l’actrice belge Emilie Dequenne. Guillaume Bouix incarne quant à lui un personnage complexe, amoureux sincère qui fait aussi le coup de poing contre les immigrés avec des groupes paramilitaires. Les personnages secondaires sont très justes, aussi bien les délicieux enfants de Pauline que l’experte péremptoire en communication. Catherine Jacob en dirigeante du parti a cependant du mal à rivaliser avec l’original ! C’est un film courageux et captivant, dans la lignée de certains films de Costa-Gavras, comme Z et sur un thème que le cinéma français semble rechigner à traiter. 

Françoise Wilkowski-Dehove