Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Coexister

(France – 2017 – 90 minutes)

Réalisation : Fabrice Eboué - Scénario: Fabrice Eboué - Montage : Alice Plantin - Musique : Guillaume Roussel - Producteur : Edouard de Vesine - Distribution France : Europacorp
Interprétation : Fabrice Eboué (Nicolas), Audrey Lamy (Sabrina), Ramzy Bedia (Moncef), Jonathan Cohen (Samuel), Mathilde Seigner (Sophie Demanche). Guillaume de Tonquedec (Benoit)
Auteur :

Fabrice Eboué est un acteur et réalisateur français, né en 1977 d’un père camerounais et d’une mère normande. A partir de 2000, il se produit sur des scènes de théâtre et de rap, ainsi qu’à la radio. En 2011, il réalise son premier film, Case départ. Puis il enchaîne différents rôles au cinéma et au théâtre tout en écrivant des scénarios. Il réalise Fatal en 2010 et Le crocodile du Botswana en 2014.

Résumé :

Sous la pression de sa patronne, directrice d’une grande firme musicale, qui lui demande de remplir l’Olympia sous six mois, un producteur de musique a l’idée de créer un groupe constitué d'un rabbin, d’un curé et d’un imam. Le prétexte officiel est de chanter l’œcuménisme et la paix entre les trois monothéismes mais le véritable objectif est de satisfaire les actionnaires.  

Analyse :



Ce film s’inscrit dans la lignée des films comiques récents du cinéma français. Il y avait eu comme sujets : le handicap physique avec Les intouchables, la surdité avec La famille Bélier, le racisme ordinaire avec Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu? Ici, l’auteur s’attaque à l’intolérance religieuse et aux travers de l’industrie musicale. Son idée de trio musical s’appuie sur une expérience musicale d’un groupe de prêtres en 2010 et il réalise avant tout une comédie, avec des poncifs et stéréotypes sans complexes, parfois lourds, qui déclenchent le rire sans chercher à donner de leçons. Le fil conducteur est lié au mal être de Nicolas qui veut d’abord récupérer sa femme et conserver son poste. Improbable, le scénario ne traite pas les trois hommes d’églises de la même façon puisque seul le catholique est en exercice ; le juif est un ex rabbin qui ne se remet pas d’avoir raté une circoncision et ‘l’imam’ est en fait un simple musulman mais qui adore alcool et saucisson. Ce faisant, Fabrice Eboué se moque d’eux gentiment et équitablement. Nourri de plusieurs cultures, il est à l’aise dans l’humour sacrilège comme dans les sarcasmes antireligieux. Parmi les acteurs, Audrey Lamy se distingue dès le début, avec sa drôle de figure, dans quelques moments très réussis de pastiches musicaux sur du rap. Tout cela n’est pas de la haute spéculation intellectuelle mais les acteurs croient suffisamment à leurs personnages pour les rendre sympathiques et entraîner notre rire, sans forcer. La chanson phare, ’Coexister’, est passablement faible et indique tout de suite comment finira l’aventure. Qu’importe, on se laisse prendre par la bonne humeur et finalement la justesse de ton de l’ensemble.    

Jean Wilkowski