Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

D'après une histoire vraie

(France, 2017, 1h40)

Réalisation : Roman Polanski - Scénario : Olivier Assayas et Roman Polanski - Photographie : Pawel Edelman - Montage : Margot Meynier - Compositeur : Alexandre Desplat - Distribution France : Mars films
Interprétation : Emmanuelle Seigner (Delphine) ; Eva Green (Elle) ; Vincent Perez (François)
Auteur :

Roman Polanski, né en1933 à Paris, est réalisateur, producteur, scénariste, comédien et aussi metteur en scène de théâtre et d'opéra. Quelques-uns de ses films : Répulsion (1965), Le Bal des vampires (1967), Rosemary's Baby (1968), Chinatown (1974), Tess (1979), Le Pianiste (2002). Un personnage de prête-plume figurait déjà dans The Ghost Writer (2010). Polanski a obtenu le César du meilleur réalisateur à quatre reprises, et l'Oscar du meilleur réalisateur en 2003 pour Le Pianiste qui a aussi eu la Palme d'Or à Cannes.

Résumé :

Delphine, qui vient de publier Vienne la nuit, un livre sur le suicide de sa mère, en est encore bouleversée. Au cours d'une éprouvante séance de dédicaces, elle rencontre une admiratrice - se présentant « Elle, comme Elisabeth » - qui l'intrigue. Il s'agit d'une prête-plume qui rédige des autobiographies pour les stars. Elle prend peu à peu un dangereux ascendant sur Delphine.

Analyse :



Polanski a choisi le roman éponyme de Delphine le Vigan sur les embûches de la création, pour inspirer le scénario de son film et en a tiré un thriller efficace qui renvoie à Misery de Rob Reiner (1990) ou encore à Harry un ami qui vous veut du bien de Dominique Moll (2000) ainsi qu'à L'Indomptée de Caroline Ruas (2015).

Un artiste pour accéder à la douloureuse action de créer et mettre de la vie dans ses personnages est soumis à des tensions perturbantes. La psychose le guette. Elle profite-t-elle de cette faiblesse chez Delphine, ou, comme elle le prétend, souhaite-t-elle seulement lui faciliter la tâche en la protégeant des importuns qui la distrairaient de son but ?

Pour un écrivain, créer avec les éléments autobiographiques dont il dispose est à la fois une manière de 'parler vrai' mais aussi de faire resurgir des émotions enfouies et perturbantes. Pour débuter son nouveau roman, il peut être tenté par plusieurs pistes mais se recentre fréquemment sur ses expériences vécues pour les insuffler à ses personnages. Il y a ainsi un va-et-vient constant avec ses 'doubles' pour les faire avancer dans une histoire 'vraie'. Comment garder un équilibre dans ces conditions ?

Le film construit sa progression en trois parties qu'on pourrait nommer la séduction, l'emprise et la destruction. François, le compagnon de Delphine vient de partir quelques semaines faire un reportage à l'étranger. Elle est mystérieuse, ne serait-ce que par son prénom qui traduit bien son anonyme intrusion dans la vie de Delphine. Ulysse, avant Elle, avait raconté au Cyclope qu'il s'appelait Personne pour mieux le gruger par la suite. Elle n'existe même pas : une prête-plume dont le nom ne peut figurer sur la première page des livres qu'Elle écrit. Mais Elle est belle, soignée, élégante comme aurait voulu l'être Delphine, toujours coiffée à la va-vite. De plus, son mode de vie solitaire intrigue Delphine qui lui fait cadeau de la même écharpe rouge qu'elle porte souvent. Elle possède aussi les mêmes bottillons. Troublant...

En écho à la séance de signatures d'un livre à peine sorti, au début du film, une séance analogue nous fait découvrir l’œuvre qui lui succède ainsi que la transformation de l'auteur, une Delphine à peine reconnaissable tant sa ressemblance avec Elle est devenue saisissante.

Nicole Vercueil